Auteurs Centres de recherche Disciplines et Collections Projets
Français English
 
 

L'Habitèle comme dispositif de basculement entre mondes sociaux : visualiser et confronter les utilisateurs à leurs traces d'activité mobile

 

Notice

Type:   Communication dans des actes de colloque publiés
 
Titre:   L'Habitèle comme dispositif de basculement entre mondes sociaux : visualiser et confronter les utilisateurs à leurs traces d'activité mobile
 
Auteur(s):   Crépel, Maxime (1979-...) - Médialab (Auteur)
Boullier, Dominique (1954-...) - Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) (Auteur)
 
In:   7ème Congrès de l'AFS 2017
 
Date de publication:   2017-07
 
Éditeur:   Amiens ,  FRANCE  :  Association française de sociologie
 
Nom de la conférence:   Congrès de l'AFS 2017
 
Date(s) de la conférence:   2017-07-03 / 2017-07-06
 
Lieu de la conférence:   Amiens ,  FRANCE
 
Résumé:   [fr] Les deux tiers de l’humanité sont désormais connectés à un téléphone portable. Il fait converger dans un dispositif technique unique, un ensemble d'objets qui équipaient les personnes dans la gestion quotidienne de leurs identités, de leurs mondes sociaux et de leurs activités (téléphone, cartes de crédits, cartes d’acces diverses, clés, agenda, etc.). Le concept d’ « habitele »1 permet de décrire cette nouvelle enveloppe de données personnelles qui permet aux utilisateurs de maintenir les connexions avec leurs univers sociaux. Pour valider ces hypotheses sur les composants de l'habitele, et en particulier sur cette possibilité inédite de basculer instantanément entre univers sociaux, nous avons réalisé une enquête internationale quali-quantitative composée de deux entretiens successifs aupres de 522 personnes dans 8 pays à travers le monde, en exploitant les données directement extraites de leur téléphone mobile. Notre communication analysera deux étapes centrales de notre protocole, riches en enseignements pour le travail d'enquête sociologique sur ce type de données. D'une part, l'extraction semi- automatisée de données sur différents types de mobiles via un logiciel propriétaire destiné aux enquêtes judiciaires, d'autre part, le design d'une interface de visualisation pour confronter les utilisateurs à leurs réseaux et traces d'activité mobile (autoconfrontation). En effet, si des méthodes d'extraction de données mobile sont utilisées par certains instituts de sondages, elles quantifient uniquement l'usage des applications sur smartphone dans des logiques marketing. Afin de capter la diversité des mondes sociaux, il nous fallait adopter un systeme capable d’extraire l'ensemble des données, y compris celles du répertoire, sur tout type de mobile. Ce choix s'est révélé être un défi sur le plan technique, étant donné la variété des modeles et des systemes d'exploitation (5200 modeles existants), sur le plan éthique, quant au respect de la vie privée et à la sécurisation des données, et également sur le plan méthodologique, du fait du travail d'uniformisation des données issues d'une variété de formats, de pays et de types de mobiles (base de 522 utilisateurs pour 1653 variables). La production d'une interface de visualisation de ces données a permis de confronter les enquêtés à leurs propres traces d'activité (timeline des communications, réseaux sociaux dans le journal des appels et des sms, usage du calendrier et d'autres applications, etc.) et d'articuler des méthodes d'enquête qualitative avec des traitements de données quantitatives. Cette interface s'est révélée être un outil performant pour faire parler les enquêtés sur leur activité quotidienne de communication, leur gestion des identités numériques, mais également pour faire exprimer les catégorisations ordinaires mobilisées pour définir leurs réseaux d'appartenance. Cela nous a permis de valider, en la limitant cependant, notre hypothese de l'habitele comme abri pour le basculement entre mondes sociaux.
 
 

Résolveur de liens