Coauthor
  • MILZA Pierre (1)
Document Type
  • Doctoral (Phd) thesis (1)
150
views

150
downloads
Longtemps dévalorisé ou bien condamné, le rôle de la dynastie des Savoie dans le processus unitaire a été analysé soit à l'aune des critiques faites à l'encontre de la « piémontisation » de l'Italie contre les identités régionales, soit à l'aune des condamnations d'une unification réalisée par les élites contre le peuple. En même temps, le rôle politique des souverains (Victor-Emmanuel II, Humbert Ier ou Victor-Emmanuel III) était largement minoré et cantonné à une position de représentation sans grande responsabilité. Il me semblait intéressant de chercher à relire le rôle de cette institution, avant son échec sanctionné, à l'issue du second conflit mondial, par le passage à la République. - Des hommes politiques de la stature de Francesco Crispi ou de Sidney Sonnino avaient vu dans la « monarchie national-populaire » l'instrument d'une possible « nationalisation » des Italiens ; « l'affection » de la population pour ses souverains s'était manifestée à plusieurs reprises, à l'occasion d'événements heureux ou tristes, par des manifestations, des écrits, des gestes qui nous sont parvenus massivement à travers imprimés et archives. Il faut donc faire les comptes avec toutes ces indications convergentes qui tendent à dessiner, durant les trois dernières décennies du XIXème siècle, une monarchie populaire, acceptée, célébrée et comprendre comment de « dénominateur commun » de l'appartenance à l'Italie, la monarchie est devenue, au début du Xxème siècle objet de dissension, de critique.. On s'est donc intéressé au rôle institutionnel de la monarchie, à son poids symbolique et aussi, dans une dernière partie, à sa place comme acteur de la vie politique.