Co-auteur
  • CHATRIOT Alain (3)
  • DE BREMOND D'ARS Nicolas (2)
  • GRELON André (2)
  • PELLETIER Denis (2)
  • Voir plus
Type de Document
  • Livre (8)
  • Article (7)
  • Partie ou chapitre de livre (6)
  • Compte-rendu d’ouvrage (3)
  • Voir plus
Publié en 2016-03
DE BREMOND D'ARS Nicolas
FROUARD Hélène
GRELON André
PIOT Nathalie
4
vues

0
téléchargements
Ce rapport de recherche est le résultat d'une recherche collective de trois ans menée sur l'histoire du Centre français du patronat chrétien au XXe siècle. Il offre des résultats inédits sur une organisation encore très peu connue de la littérature. Il montre comment la Confédération Française des Professions (1926-1948), confédération de syndicats chrétiens de "professions" diverses, se transforme en un mouvement de pensée particulier, ni confédération syndicale représentative patronale, ni mouvement d'Action catholique. Le travail vise à comprendre la nature particulière de cette organisation, ainsi que ses liens avec différents acteurs, notamment les représentants de l'Eglise.

Publié en 2018-03
DE BREMOND D'ARS Nicolas
GRELON André
10
vues

0
téléchargements
Jusqu'ici peu étudié, le mouvement patronal chrétien a pourtant laissé une empreinte profonde sur l’éthique des affaires, y compris dans la lutte contre la corruption depuis les années 1990. Ni une institution de l’Église, ni un organisme représentatif, ni un club de chefs d’entreprise, se voulant avant tout un mouvement de pensée, il s’incarne aujourd’hui dans une organisation, les Entrepreneurs et dirigeants chrétiens (EDC), issue de la transformation, durant les années 1940, d’une fédération de syndicats catholiques professionnels créée en 1926. À partir d’archives inédites et d’entretiens, les auteurs analysent l’engagement de ces patrons pour qui diriger rime avec servir. Ils apportent un éclairage neuf sur l’histoire des entreprises à l’époque contemporaine, sur l’influence de la doctrine sociale de l’Église et de Vatican II sur une partie des élites catholiques, et sur les dilemmes de l’Église face à la déchristianisation et au triomphe du capitalisme. (résumé de l'éditeur)

in Femmes, genre et catholicisme. Nouvelles recherches, nouveaux objets (France, XIXe-XXe siècles) Publié en 2012
CHESSEL Marie Emmanuelle
1
vues

0
téléchargements

in Histoire et sciences de gestion Sous la direction de CHESSEL Marie Emmanuelle Publié en 2013
1
vues

0
téléchargements

15
vues

0
téléchargements
Cet article est la postface d'un ouvrage rassemblant des spécialistes de marketing et de droit. Cet ouvrage réfléchit aux "nouveautés" en 2015. La postface relativise les "nouveautés" en les replaçant dans une perspective longue: "Les différents chapitres nous ont [...] fait réfléchir sur des pratiques et des enjeux nouveaux en 2015. Ils nous offrent un regard pertinent sur le monde de la consommation et ses acteurs, qui pourra être utile à toutes celles et ceux qui poursuivront cette réflexion."

in Revue d'histoire moderne et contemporaine Publié en 2012
CHESSEL Marie Emmanuelle
7
vues

0
téléchargements
La collection des Oxford Handbooks, chez Oxford University Press, offre, en histoire mais aussi dans les sciences humaines et sociales, des bilans sur l’état d’un champ de recherche à un moment donné. L’idée est de proposer des outils à appelés à devenir des références. The Oxford Handbook of the History of Consumption fait le bilan historiographique d’une quarantaine d’années de recherches en histoire de la consommation, puisque c’est surtout à partir des années 1980 que ce domaine s’est ouvert aux investigations des historiens. Le livre réunit 35 contributeurs – provenant essentiellement de Grande-Bretagne et d’Amérique du Nord (à 80%), mais aussi de quelques autres pays européens (Allemagne, Danemark, France et Italie) – sous la direction de Frank Trentmann, un historien allemand, formé notamment aux États-Unis et désormais professeur à Birbeck, Université de Londres. Cette somme foisonnante, d’environ 700 pages, se caractérise par ses larges perspectives, qui vont de l’histoire moderne à la période contemporaine, de l’Angleterre à la Chine en passant par l’Afrique. Cette parution est une invitation à se demander où va l'histoire de la consommation. Autrement dit, quels sont les domaines qui méritent dans l’avenir plus d’attentionde la part des chercheurs ? [premier paragraphe]

in Entreprises et histoire Publié en 2015-12
16
vues

16
téléchargements
La question des religions dans l’entreprise a connu en France un regain d’actualité depuis 2010 et le déclenchement de l’affaire de la crèche Baby Loup. Elle est généralement posée dans l’espace public sous deux registres : d’une part celui du respect de la diversité, qui conduit à s’interroger sur le degré possible d’aménagement des lieux et du temps de travail de manière à permettre à celles et ceux qui le demandent d’exercer leur liberté de conscience dans sa dimension de liberté religieuse ; d’autre part celui des limites à la visibilité, qui suscite un débat sur l’extension des règles de la laïcité au monde du travail. Le dossier qui suit est en partie née de cette actualité. Mais nous nous sommes efforcés de rendre à ces questions actuelles leur épaisseur d’histoire, dans le cadre d’une démarche interdisciplinaire, ouverte à la comparaison entre les zones géographiques, les aires culturelles et les religions, à l’épreuve d’une histoire de l’entrepreneuriat qui rende à la relation entre entreprises et religions sa complexité et sa richesse.

in Entreprises et histoire Publié en 2015
CHESSEL Marie Emmanuelle
PELLETIER Denis
4
vues

0
téléchargements
La question des religions dans l’entreprise a connu en France un regain d’actualité depuis l’affaire de la crèche Baby Loup. Elle est un révélateur des tensions qui traversent la société, entre respect de la diversité religieuse et défiance à l’égard de ses manifestations visibles. Comment rendre à ce débat son épaisseur d’histoire, qu’en disent juristes et sociologues, comment la comparaison internationale éclaire-t-elle la spécificité de la situation dans la France marquée par le modèle de la laïcité ? Des jeunes femmes sionistes installées au début du siècle en Palestine aux entrepreneurs musulmans dans la France d’aujourd’hui, des industriels bouddhistes de Shanghai aux mennonites d’Amérique du nord et aux adventistes malgaches, des entreprises catholiques de cinéma aux activités commerciales des moines, ce numéro d’Entreprises et Histoire, dirigé par deux historiens (Marie-Emmanuelle Chessel et Denis Pelletier), montre la complexité de la relation qui s’est nouée depuis la révolution industrielle entre le fait entrepreneurial et le fait religieux. Il présente aussi les résultats d’une table ronde qui a réuni acteurs et spécialistes de l’entreprise et de la laïcité autour de la gestion de la diversité religieuse sur le lieu de travail. Il permet de porter un autre regard, tant sur l’histoire contemporaine des entreprises que sur celle des appartenances religieuses, à distance des assignations identitaires où s’enferme parfois notre compréhension du temps présent.

in The Sage Handbook of Consumer Culture Publié en 2018-02
21
vues

0
téléchargements
History, sociology and anthropology have devoted many studies to furthering the understanding of how consumers’ desires develop. They have shown interest in the ways in which consumers, their identities and their tastes are the product of specific techniques, activities and actors within societies. In this chapter we draw from historical and sociological studies, to show how market actors but also the state and civil society, as well as consumers themselves, contribute to the social making of consumers’ identities, in both the modern and contemporary periods, and in various geographical regions. These studies show the extent to which representations of the consumer are rooted in specific political or moral projects, so that consumption is determined as a social and political practice with an impact way beyond the domestic sphere. But, they also demonstrate that the construction of the consumer requires that he or she be given agency, which in return produces effects on the construction of the representation of consumers themselves

in Les trames de l’histoire : entreprises, territoires, consommations, institutions Publié en 2017
8
vues

8
téléchargements
Du 30 avril au 3 mai 1958, Yvon Chotard (1921-1998), patron des Éditions France Empire et membre du bureau du Centre français du patronat chrétien (CFPC), participe à la huitième session de formation d’animateurs de ce mouvement patronal chrétien . Y. Chotard a alors 35 ans. Il est entré au comité directeur du CFPC deux ans auparavant, à la demande du président du mouvement, parce qu’il dirige la Jeune chambre économique qu’il a contribué à fonder. Devenu rapidement bras droit du nouveau président, il est vice-président du CFPC, chargé de l’expansion. Comme à la Jeune chambre économique, qu’il délaisse rapidement, il ne cesse d’insister sur « la nature et l’étendue de la fonction patronale, au-delà de la profession ». [Premier paragraphe]

Suivant