Type
Partie ou chapitre de livre
Titre
Les formes de la participation
Dans
L’Électeur a ses raisons
Auteur(s)
BOY Daniel - Centre de recherches politiques de Sciences Po (Editeur scientifique)
MAYER Nonna - Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF) (Editeur scientifique)
BOY Daniel - (Editeur scientifique)
MAYER Nonna - (Editeur scientifique)
Éditeur
Paris : Presses de Sciences Po
Pages
25 - 65 p.
ISBN
9782724607246
Mots clés
Réinvention du politique, Participation politique
Résumé
FR
Le discrédit croissant des activités politiques, la hausse de l'abstention, le déclin du militantisme traditionnel sont aujourd'hui couramment présentés comme les symptômes d'une crise de la démocratie en France. Le caractère récurrent de ce débat incite toutefois à la prudence. Dans les années soixante, la « dépolitisation » était déjà à l'ordre du jour, sur fond d'apathie électorale, de déclin des idéologies et de « départisation ». Les travaux d'une table ronde de l'Association française de science politique consacrée au phénomène allaient montrer qu'il était de l'ordre du mythe plus que de la réalité et qu'il y avait non pas crise mais réinvention du politique, à travers d'autres formes de participation (Vedel, 1962). L'enquête comparative « Beliefs in Government », menée sous l'égide de la NSF (National Science Foundation) (Kaase, Newton, Scarbrough, 1996), aboutit à un constat similaire : le rapport des citoyens à l'État dans les démocraties européennes est en train de changer, sans qu'on puisse pour autant parler de dépolitisation. C'est ce que nous chercherons à vérifier pour la France, en explorant la relation des Français à la politique en 1995 et son évolution depuis 1978, à partir des enquêtes du CEVIPOF. [Premier paragraphe]

CITATION BIBLIOGRAPHIQUE
EXPORT