Type
Article
Title
Le process tracing : Du discours de la méthode aux usages pratiques
In
Revue française de science politique
Author(s)
BEZES Philippe - Centre d'études européennes et de politique comparée (Author)
PALIER Bruno - Centre d'études européennes et de politique comparée (Author)
SUREL Yves - Centre d'études et de recherches de science administrative (CNRS, P2) (Author)
Editor
FR : Presses de Sciences Po
Volume
68
Number
6
Pages
961 - 965 p.
ISSN
00352950
DOI
10.3917/rfsp.686.0961
Keywords
Process tracing, Méthodes d'analyse, Usages pratiques
Abstract
FR
Le process tracing, comme notion et ensemble de méthodes d’analyse, a connu ces dernières années un indéniable succès dans le champ des sciences sociales. En témoignent les 1 360 000 entrées que propose le moteur de recherche Google Scholar à la seule indication du concept associé au champ social science. De manière immédiate, la longue liste des articles qui lui sont consacrés donne à voir la diversité des disciplines qui le mobilisent, de la psychologie – dont il est en partie issu – et la théorie des organisations, qui l’a mobilisé pour l’étude des processus de décision, à la science politique où il a été présenté, à partir des années 2000, comme la méthode d’analyse incontournable dans les recherches comportant une dimension qualitative. Ce fut d’abord le cas en économie politique internationale et en relations internationales puis en économie politique comparée. Au-delà même du découpage disciplinaire, cette méthode ou protocole de recherche a trouvé un cadre analytique accueillant avec le courant intitulé comparative historical analysis, très lié au néo-institutionnalisme historique, qui développe des recherches comparatives traitant un petit nombre de cas (les small N studies) reposant sur des démarches d’enquêtes qualitatives. [Premier paragraphe]

BIBLIOGRAPHIC QUOTE
EXPORT