Type
Article
Titre
Mobilité des humains, déplacement des frontières
Dans
Après-demain
Éditeur
FR : Fondation Seligmann
Volume
2019/3
Numéro
51
Pages
21 - 23 p.
ISSN
00037176
DOI
https://doi.org/10.3917/apdem.051.0021
Mots clés
migrations, frontières, liberté de circulation
Résumé
FR
Un monde sans frontières ? Une des utopies du XXIe siècle ou l’un des nouveaux droits à conquérir ? Alors que la population dans le monde n’a cessé, au cours des trente dernières années, d’entrer dans la mobilité, que la liberté de circuler est valorisée parmi les attributs de l’homme moderne et considérée par le Pnud (2009) comme un facteur essentiel du développement humain, les deux tiers de la population de la planète n’ont pas le droit de circuler librement. Le droit d’accès à un passeport s’est presque universalisé depuis la chute du rideau de fer, mais l’obligation de visas a vite verrouillé les frontières des grands pays d’immigration : le droit de sortie est devenu possible pour le plus grand nombre, mais le droit d’entrée est devenu très difficile, soumis à visas et à des politiques d’immigration dissuasives et répressives. Dans le passé c’était l’inverse : il était souvent plus difficile de sortir de chez soi pour les migrants du XIXe siècle, à la sortie contrôlée par leurs États d’origine, mais assez facile d’entrer ailleurs comme main d’œuvre ou comme immigration de peuplement.

CITATION BIBLIOGRAPHIQUE
EXPORT