Texte intégral
  • Non (2986)
  • Oui (1185)
Type de Document
  • Article (1152)
  • Partie ou chapitre de livre (980)
  • Livre (554)
  • Contribution à un site web (348)
  • Voir plus
Centre de Recherche
  • Centre de recherches internationales (4119)
  • Sciences Po (40)
  • Centre de recherches internationales (CERI) (30)
  • Centre d'études européennes et de politique comparée (21)
  • Voir plus
Discipline
  • Science politique (3982)
  • Sociologie (1223)
  • Religions (388)
  • Histoire (285)
  • Voir plus
Langue
  • Français (2966)
  • Anglais (1111)
  • Espagnol (52)
  • Allemand (18)
  • Voir plus
Projet
  • EUMIGPOL (1)
in Identity, Conflict and Politics in Turkey, Iran and Pakistan Publié en 2018-05
46
vues

0
téléchargements
This paper grew out of my surprise that, while like France, Turkey envisions itself as a universalist and unified republic, Turkey confronts far more significant problems of identity. In fact, Turkey’s identity-related problems, which have centered on specific ethnic and denominational issues since the 1980s, have recently increased in intensity. Identity politics has since become a means of claiming and proclaiming particularist rights, which are often expressed in terms of correcting wrongs or of demanding recognition. This development has been associated with various tensions and very high levels of conflict, particularly, but not exclusively, regarding the Kurdish question. More broadly, growth among a range of movements has been accompanied by an increasing tendency to interpret social problems through the lens of a wide range of identitary interpretations. For example, the Islamist movement is read through issues of identity. Political actors have been forced to take action concerning the growing importance of identity issues compelled to find ways of managing them, although such questions are often settled and regulated outside “legitimate” policies...

in Mediterranean Politics Publié en 2017-11-21
VISIER Claire
33
vues

0
téléchargements
Indirect forms of government have become increasingly prominent in Turkey over the last few decades. After giving an overview of the growing role of non-public actors in Turkish policy-making, we depart from the common idea that the phenomenon is a result of neoliberalism only and examine the multiple genealogies and complex dynamics at work. The paper then questions the preconception according to which the involvement of non-public actors implies a retreat of the state and frames these developments in terms of changing forms of government. Finally, we question the outcomes of this phenomenon in terms of policy and power reconfigurations.

in Order and Compromise Sous la direction de MASSICARD Elise Publié en 2015-02
3
vues

0
téléchargements
Book abstract: Order and Compromise questions the historicity of government practices in Turkey from the late Ottoman Empire up to the present day. It explores how institutions at work are being framed by constant interactions with non-institutional characters from various social realms. This volume thus approaches the state-society continuum as a complex and shifting system of positions. Inasmuch as they order and ordain, state authorities leave room for compromise, something which has hitherto been little studied in concrete terms. By combining in-depth case studies with an interdisciplinary conceptual framework, this collection helps apprehend the morphology and dynamics of public action and state-society relations in Turkey.

in Site du CERI Publié en 2016-09-21
27
vues

0
téléchargements
Après le putsch manqué du 15 juillet 2016, les autorités turques ont rapidement repris le contrôle de la situation – voire l’avantage –, militairement mais surtout politiquement. Qu’a changé cette tentative de coup d’Etat pour les équilibres de pouvoir ?

in Etudes du CERI Publié en 2015-01
14
vues

14
téléchargements
The Justice and Development Party (JDP) has been in power in Turkey since 2002, consolidating its electoral support among an array of social groups ranging from broad appeal among the popular classes to business leaders and a growing middle class. The success of the JDP is a consequence of the manner in which the party inserted itself into certain economic and social sectors. While the party has internalized the principles of reducing the public sphere and outsourcing to the private sector, it has not restricted the reach of government intervention. On the contrary, it has become increasingly involved in certain sectors, including social policy and housing. It has managed this through an indirect approach that relies on intermediaries and private allies such as the businesses and associations that is has encouraged. In this way, the JDP has developed and systematized modes of redistribution that involve the participation of conservative businessmen who benefit from their proximity to the decision-makers, charitable organizations, and underprivileged social groups. These public policies have reconfigured different social sectors in a way that has strengthened the Party’s influence.

in Mouvements Sous la direction de ALLAL Amin , DEBOULET Agnès, LE BLANC Noé, LELANDAIS Gulcin Erdi, MASSICARD Elise, SELEK Pinar, TOPCU Sezin Publié en 2017-07
92
vues

0
téléchargements
Le temps semble bien loin où Turquie était synonyme d’espoir. D’espoir mesuré, mais d’espoir tout de même pour de nombreux-ses observateur-trice-s internationaux-nales, pour les mouvements de défense des droits humains, pour toutes les personnes que répugnait la théorie dite du « choc des civilisations ». Du côté des observateur.es externes, cet espoir était porté par une expérience politique originale, pour ne pas dire unique : un gouvernement aux racines islamistes mais se déclarant avant tout réformateur – bien que conservateur –, arrivé au pouvoir par la voie des urnes, prônant son attachement aux valeurs de la démocratie, du libéralisme et du pluralisme. Dans la première moitié des années 2000, le pouvoir turc multipliait les déclarations publiques et les initiatives concrètes visant à réduire la tutelle militaire, mais aussi à promouvoir des avancées sur certains dossiers sensibles, notamment la question kurde, la question arménienne et la question chypriote. Cette combinaison que proposait alors l’AKP (Adalet ve Kalkınma Partisi, Parti de la Justice et du Développement) s’appuyait sur, et encourageait l’ascension à la fois sociale et politique de nouveaux groupes sociaux longtemps tenus en marge. Le pays semblait se frayer un chemin vers une libéralisation à la fois économique – l’adoption des recettes néolibérales coïncidant avec une période de croissance remarquable – et politique. Cette ouverture politique a permis d’espérer, dans les rangs européens, une pérennité de la tendance à la libéralisation, au point qu’on a pu parler, au tournant des années 2010 et au moment des premiers printemps arabes, – brièvement, il est vrai – de « modèle turc » pour les pays de la région...

7
vues

0
téléchargements
This article excavates the debate that unfolded during the 1980s between Jacques Rancière and Pierre Bourdieu to shed light on the theoretical divide that still cuts across the field of urban studies today. Looking at contemporary Rancièrian scholarship through a Bourdieusian lens, it points to their main theoretical shortcomings and reasserts the value of relational, field‐based and empirically grounded approaches to urban politics. At the same time, this article engages seriously Rancière's critique of Bourdieu's failure to account for space in order to question the territoriality inherent to the notion of field. We put this theoretical discussion to the test of Lagos's garbage. Drawing on an ethnographic study conducted in Lagos from 2015 to 2016, we propose analyzing the process of spatialization of the field of local representation by looking at the ways solid waste—here conceived as a political opportunity—is mobilized by different actors. We argue that the deployment of a waste infrastructure in Lagos is congruent with a relative disinvestment in practices of territorial control that reshapes the structure of local representation, reconfiguring the ‘stage’ on which politics is played out in the Nigerian

18
vues

0
téléchargements
Depuis la fin de l’Union soviétique, les élites russes sont en quête d’idéologies de rechange. Ainsi renaît de ses cendres le cosmisme. Conjuguant foi chrétienne, rationalisme et rêve d’immortalité, ce courant de pensée né au XIXe siècle offre à ses nouveaux apôtres un cadre idoine pour marier relance des programmes scientifiques et affirmation des valeurs traditionnelles.

4
vues

0
téléchargements
Arrivé au poste de Premier ministre au lendemain des élections de mai 1996, à la tête d’un gouvernement de Front uni (United Front), H.D. Gowda tombe en avril 1997. Même s’il est rapidement remplacé par I.K. Gujral, un ancien proche conseiller d’Indira Gandhi, peu d’observateurs se risquent à parier sur la longévité du nouveau gouvernement. Cette incertitude témoigne de la nouvelle ère dans laquelle “ la plus grande démocratie du monde ”, peuplée de 846 millions d’habitants selon le dernier recensement de 1991, est entrée depuis maintenant quelque deux décennies. Cette étude se propose de ne s’en tenir qu’à une facette de la réalité politique de l’Inde : sa démocratie parlementaire (...).

0
vues

0
téléchargements
La guerre indo-pakistanaise de Kargil (1999) donne lieu à d'importantes funérailles nationales. Pour la première fois dans son histoire, l'Inde rapatrie de façon publique et systématique le corps de ses militaires tombés sur le champ de bataille. Le théâtre des opérations militaires se transforme en une sorte d'arène funéraire déversant ses corps dans un nouvel espace politique, celui du « champ des funérailles », véritable lieu d'expression des transactions politiques et sociales s'exerçant autour de la mort guerrière. Quatre acteurs principaux s'y expriment, le gouvernement nationaliste hindou, l'opposition, l'armée et les morts de Kargil. Leur interaction, liée au contexte de la guerre, détermine l'usage sémantique des termes de héros et de martyrs utilisés pour qualifier les morts. Elle donne la clé des nouveaux rituels engendrés par ce deuil patriotique qui s'organise autour de la notion de mort individuée, non sans poser la question d'une nouvelle représentation de la mort elle-même en Inde.

3
vues

0
téléchargements
Alors que la mémoire de la traite négrière et de l'esclavage est devenue objet de grandes controverses au sein de la société française d'aujourd'hui, au point de provoquer débats dans les médias et formation de « commissions » de toutes natures - gouvernementale, comme celle pilotée par André Kaspi ou parlementaire, comme celle créée au printemps 2008 par le président de l'Assemblée nationale - pour réfléchir aux supposés méfaits de « l'abus de mémoire », il a paru indispensable de fournir à un large public une information historique solidement fondée sur ces questions trop souvent occultées. L'ouvrage publié par les Éditions Cercle d'Art réunis les textes présentés à l'occasion de la rencontre organisée à Dakar et à Gorée (l'île aux Esclaves) à la fin de l'année 2007. Cette conférence internationale, organisée à l'initiative de l'ADEN, Association des descendants d'esclaves noirs et de leurs amis, avait pour objectif principal de croiser les regards portés sur la traite négrière et l'esclavage de part et d'autre des trois faces du fameux triangle qui a lié entre elles les côtes d'Europe, les côtes d'Afrique et celles des Amériques. Ainsi se sont trouvés confrontés les regards de ceux qui venaient des pays organisateurs du commerce des esclaves, de ceux issus des pays fournisseurs de captifs et, enfin, des destinataires du terrible voyage à travers l'Océan, descendants d'esclaves ou de colons. Très abondamment illustré de plus de 120 œuvres d'art, y compris, d'aujourd'hui, ou de documents historiques, cet ouvrage propose des analyses neuves du vaste phénomène négrier et esclavagiste qui a transporté en un peu plus de trois siècles plus de 12 millions d'Africains aux Amériques et dans les îles de l'océan Indien. Le monde contemporain, métissé et mêlé, est en grande partie le fruit de ces immenses migrations humaines imposées par l'Europe alors en pleine expansion aux peuples d'Afrique pour remplacer les populations amérindiennes décimées sous le choc frontal des conquérants. Traites, esclavages, résistances, abolitions, mémoire et enseignement forment la trame du livre proposé au au public. Il ne s'agit pas d'un imposant volume de plus sur un sujet souvent considéré comme austère, mais d'une série d'analyses aiguës, confrontées aux débats actuels de notre société qui a encore les plus grandes difficultés à intégrer la connaissance et la mémoire de l'esclavage dans son histoire nationale, allant jusqu'à la refouler dans une « mémoire communautaire », voire « ethnique ».

Cet article propose une réflexion politique sur une organisation internationale très peu étudiée en relations internationales : le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Souvent reconnu pour son autorité scientifique, le GIEC est également une arène qui nourrit d’intenses débats politiques car il associe les gouvernements à ses décisions. Derrière des rapports très techniques à première vue, il fonde également les bases des négociations politiques sur le climat, en particulier par la rédaction et la diffusion de son Résumé à l’intention des décideurs (RID).

in Environmental Science & Policy Publié en 2017-05
WANNEAU Krystel
7
vues

0
téléchargements
In the 1990s, a discourse emerged within global environmental change research underlining the need to go beyond previously held boundaries between science and society. While not entirely new, this discourse has however reached the highest levels of scientific cooperation embodied among others in the Future Earth (FE) platform and the Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC). Using the concept of (anti)-boundary work developed in Science and Technology Studies (STS), we trace shifts in discourses about the boundaries between social and natural disciplines; between scientists and societal actors; and finally, between the definition of problems and the provision of solutions. We do so analyzing the emergence of global sustainability and solution-oriented science in the discourses of scientific and political actors involved in FE and the IPCC. We conclude with a discussion of challenges connected to the implementation of solution-oriented research and assessment. This article is part of a special issue on solution-oriented GEAs.

7
vues

0
téléchargements
Alors que les appels en faveur de l’interdisciplinarité se multiplient, en particulier dans les études sur le changement climatique et ses impacts, cette démarche reste encore un objet méconnu pour de nombreux chercheurs. Au-delà des débats épistémologiques sur la définition de l’interdisciplinarité, sa mise en œuvre pratique reste également peu discutée. Dans la lignée des réflexions sur l’interdisciplinarité comme approche forgée au moyen d’interactions et de dialogues, cet article propose de revenir sur le rôle de l’animation scientifique dans la construction de cette démarche, en décrivant l’expérience du GIS CES (Groupement d’intérêt scientifique Climat Environnement Société). Nous présentons les réflexions au sein du groupement ainsi que les initiatives et outils développés et testés pour renforcer le dialogue interdisciplinaire.

18
vues

0
téléchargements
Cet article s'intéresse aux différentes formes de soutien international aux groupes armés non étatiques. De manière non exhaustive, nous présentons ici plusieurs acteurs susceptibles de contribuer de manière significative à la formation, au développement et à la poursuite des objectifs d'une organisation armée. Si cette assistance extérieure propose de reconsidérer les contours des guerres civiles en mettant moins l'accent sur leurs aspects internes que sur les dynamiques transnationales qui les composent, elle nous invite de la même manière à reconsidérer les contours des groupes armés eux-mêmes.

in Race, racisme, discriminations Sous la direction de SABBAGH Daniel Publié en 2015-12
BESSONE Magali
11
vues

0
téléchargements
La race n'est-elle qu’une chimère — une fiction collective aux effets pernicieux —, ou bien un concept nécessaire à l’analyse et à l’éradication éventuelle du racisme et de ses conséquences ? Cette catégorie ambiguë relève-t-elle de la biologie ou bien renvoie-t-elle à une réalité de nature socio-politique ? Le racisme est-il d’abord un attribut des individus ou des institutions — un état mental fait de croyances et d’affects ou un système social ? Toute discrimination raciale est-elle inévitablement raciste ? Est-elle immorale et injuste même dans les cas où elle ne serait pas entièrement irrationnelle ? Enfin, la discrimination positive est-elle justifiable ? Telles sont quelques-unes des questions abordées dans ce recueil, qui propose une introduction au champ d'investigation que la race, le racisme et les discriminations constituent pour la philosophie — ici envisagée dans son articulation avec les sciences sociales. Il réunit dix textes majeurs, presque tous inédits en français.

A growing trend in the comparative politics literature on patterns of minority incorporation emphasizes the emerging policy convergence in this area, conventional oppositions between national models notwithstanding. This convergence is further illustrated by drawing upon the cases of two countries often analyzed within an “exceptionalist” framework and generally viewed as polar opposites as far as the political legitimacy and legal validity of race-based classifications are concerned: the United States and France. The analysis of recent programs designed to increase the “diversity” of the student body in selective institutions of higher education demonstrates that indirect affirmative action is the instrument around which French and U.S. policies have tended to converge. This increasingly visible convergence obtains in part because of the current move toward color-blindness as a matter of law in the United States. Yet it is also a reflection of the fact that the ultimate purpose of affirmative action in liberal democracies requires a measure of indirection and/or implicitness.

in Science politique de l’administration : une approche comparative Publié en 2006
0
vues

0
téléchargements

Dans son acception la plus large, la discrimination positive désigne l’ensemble des politiques de répartition des biens sociaux – emplois, marchés publics, admissions dans les établissements d’enseignement supérieur à caractère sélectif, droits de propriété foncière, licences d’exploitation, etc. – prenant en compte l’appartenance à un groupe désigné afin d’accroître la proportion des membres de ce groupe dans la population de référence, où ledit groupe se trouve statistiquement sous-représenté en partie du fait de la discrimination antérieure et/ou actuelle exercée à son encontre. Présentes dans un grand nombre de pays, les mesures en question peuvent être distinguées les unes des autres suivant l’identité de leurs bénéficiaires présumés (collectivités définies par un critère ethno-racial, d’origine nationale, de religion ou de caste lui-même corrélé à un relatif désavantage de nature socioéconomique, femmes, handicapés…) ; leur forme plus ou moins contraignante – soit le degré de rigidité des instruments utilisés (quotas ou simples « objectifs assortis d’un échéancier ») ; leur fondement juridique (constitutionnel, législatif, jurisprudentiel…) ; leur champ d’application (limité ou non au secteur public) ; enfin, et au-delà de leur objectif immédiat d’accroissement de la proportion des membres des groupes marginalisés dans l’ensemble des détenteurs de certaines positions valorisées, leur finalité ultime – plus ou moins étroitement associée à un idéal d’intégration sociétale (Anderson, 2010) –, telle qu’inférable de l’observation de leurs modalités comme des justifications formulées à leur propos. Dans tous les cas, elles ont toutefois pour point commun de contrecarrer des pratiques profondément ancrées dans le tissu social qui contribuent à la reproduction des inégalités même en l’absence d’une discrimination intentionnelle. Elles se caractérisent également par le fait que les groupes qui en bénéficient sont ceux dont l’existence est indépendante de la volonté des individus qu’ils rassemblent et dont l’image publique exerce sur l’expérience sociale et l’identité subjective de ces derniers l’influence la plus forte (...).

in European Journal of Sociology Publié en 2017-01
15
vues

0
téléchargements
Review of Brubaker Rogers, Grounds for Difference (Cambridge, Harvard University Press, 2015).

in International Social Science Journal Sous la direction de SIMON Patrick, SABBAGH Daniel Publié en 2005-03
8
vues

0
téléchargements
Action against racism and discrimination is central to contemporary perspectives on human rights and social justice. Yet while policy makes extensive use of vocabulary and even of concepts derived from social science, considerable uncertainty remains among specialists about the basis, implications and practical effects of policy measures that have become routine. From this perspective, affirmative action is of central significance. It appears to be a matter of straightforward common sense that specific remedial measures should be targeted at the victims of discrimination. In fact, a comparative analytical perspective shows how complex are the issues at stake and how simplistic or even misleading common sense can be. As the five articles in the section on “Measuring discrimination” show, identifying victims is hugely complex and calls on sophisticated statistics for which the social science basis is elusive to say the least. Five further articles shed light on the rich and complex historical, legal, political and institutional construction of what, for contemporary purposes, “race” and “ethnicity” actually mean in the exemplary case of the United States, and other contributions consider France, India and Nigeria. The point where the perspectives provided by the various authors intersect with the statistical issues raised by the measurement of discrimination is, precisely, the historical depth of the social dynamics that affirmative action schemes are designed to address. Ideally, these might be regarded as erasing historical cleavages, especially when designed to compensate for them. In fact, they tend rather to reveal the shifting, but persistent, contemporary cleavages that cluster around historical patterns of development.

Sous la direction de SABBAGH Daniel, SIMONET Maud Publié en 2018-04-19
32
vues

0
téléchargements
Que peuvent bien avoir de commun l’abstentionnisme électoral, les usages de l’arme aérienne et le processus de consécration de l’œuvre de Jacques Derrida ? Rien, assurément, si ce n’est d’avoir donné lieu à une comparaison entre la France et les États-Unis. À en juger d’après le nombre et la variété de ses objets, la comparaison franco-américaine s’apparente même à une figure imposée, alors que sa raison d’être, le plus souvent, demeure dans l’ombre. Qui plus est, les travaux en question sont généralement menés en ordre dispersé. De l’autre côté du miroir vient donc pallier un manque, en proposant tout d’abord un panorama structuré des comparaisons entre les deux pays, qui porte aussi bien sur leurs modalités que sur les principaux résultats obtenus. La suite de l’ouvrage réunit une quinzaine de textes novateurs relevant de la sociologie et de la science politique, mais aussi de l’histoire, de la philosophie et du droit. Les thèmes abordés sont le rapport à l’altérité, les formes et frontières de l’État, les mobilisations politiques et les circulations transatlantiques. Par-delà les différences qui les séparent, les textes rassemblés démontrent par l’exemple qu’il est possible de comparer la France et les États-Unis sans verser dans un culturalisme réducteur ni se borner à illustrer les évidences du sens commun.

In the United States, the expression ‘affirmative action’ encompasses measures that grant a more or less flexible kind of preferential treatment in the allocation of scarce resources jobs, university admissions, and government contracts to the members of ascriptive groups formerly targeted for legal discrimination and currently underrepresented in positions of power and prestige. Whilst often justified as a way of compensating for past wrongs or of promoting cultural diversity, the policy is best understood as an instrument aimed at reducing the correlation between race and class. In this light, its ultimate goal would be to eradicate the specific disadvantage still produced by racial identification in US society, a disadvantage that arises from a set of negative expectations partly based on the existence of this correlation and from which no black individual is entirely insulated. A detailed presentation and defence of this alternative argument is provided, the empirical assumptions upon which it rests are identified, and some of its limitations are discussed.

in Dictionnaire des inégalités Publié en 2014-06
0
vues

0
téléchargements

in Critique internationale (Paris, 1998) Publié en 2005-04
3
vues

0
téléchargements
Salué dans plusieurs grands quotidiens français comme un ouvrage de référence, ce livre de l’historien André Kaspi, qui présente en annexe un petit nombre de tableaux statistiques clairs et bien conçus, permettra sans doute au lecteur peu familier du système politique et judiciaire des États-Unis et n’ayant pas accès à l’abondante littérature en langue anglaise disponible sur la question de glaner quelques éléments d’information utiles à la compréhension de la quasi-« exception américaine » que constitue aujourd’hui le maintien de la peine de mort, du moins au sein de l’ensemble des pays démocratiques (...).

in Comparative Education Review Sous la direction de SABBAGH Daniel Publié en 2013-08
MOUNTFORD-ZIMDARS Anna
2
vues

0
téléchargements
What does "fairness" mean with respect to the distribution of access to higher education? We conceived this special issue as part of a broad conversation to address this and related questions across disciplines and across nations...

in Les Amériques Publié en 2016-11
2
vues

0
téléchargements
[résumé de l'ouvrage] Pour la première fois, un dictionnaire raconte et explore l'intégralité des Amériques – du Sud, centrale et du Nord – en montrant ce qui fait à la fois leur unité et leur grande diversité. Conçu par une équipe de 140 chercheurs français et étrangers, cet ouvrage d'une ampleur sans équivalent parcourt l'ensemble de ce continent séparé par la géographie mais uni par une même expérience d'adaptation à un environnement inconnu et souvent hostile, les luttes pour l'indépendance, des institutions semblables et un socle de valeurs communes. Il traite aussi bien des questions archéologiques et politiques que des sujets économiques et culturels. Il aborde ainsi tous les grands thèmes qui permettent de saisir l'évolution de ces civilisations successives rattachées à un même espace.

in Comparative Education Review Publié en 2013-08
MOUNTFORD-ZIMDARS Anna
1
vues

0
téléchargements

in Les Amériques Publié en 2016-11
15
vues

0
téléchargements
[résumé de l'ouvrage] Pour la première fois, un dictionnaire raconte et explore l'intégralité des Amériques – du Sud, centrale et du Nord – en montrant ce qui fait à la fois leur unité et leur grande diversité. Conçu par une équipe de 140 chercheurs français et étrangers, cet ouvrage d'une ampleur sans équivalent parcourt l'ensemble de ce continent séparé par la géographie mais uni par une même expérience d'adaptation à un environnement inconnu et souvent hostile, les luttes pour l'indépendance, des institutions semblables et un socle de valeurs communes. Il traite aussi bien des questions archéologiques et politiques que des sujets économiques et culturels. Il aborde ainsi tous les grands thèmes qui permettent de saisir l'évolution de ces civilisations successives rattachées à un même espace.

Suivant