Co-auteur
  • GUYET Rachel (10)
  • FODOR Ferenc (4)
  • LEPESANT Gilles (3)
  • DABROWSKI Marcin (3)
  • Voir plus
Type de Document
  • Partie ou chapitre de livre (32)
  • Article (26)
  • Livre (17)
  • Numéro de périodique (6)
  • Voir plus
in La citoyenneté démocratique dans l’Europe des vingt-sept Sous la direction de MAC DONAGH-PAJEROVA Monika, LEQUESNE Christian Publié en 2007
1
vues

0
téléchargements

in L'enjeu mondial : les pays émergents Sous la direction de JAFFRELOT Christophe Publié en 2008
1
vues

0
téléchargements
Les mutations que connaissent actuellement les territoires est-européens sont à la fois l’héritage des profondes transformations imposées par le modèle soviétique de 1945 à 1989 et le fruit des nouvelles dynamiques économiques enclenchées depuis 1989. Si la première décennie du postcommunisme a été marquée par l’effondrement des milieux industriels et agricoles traditionnels, l’arrivée dans certains secteurs d’investissements directs étrangers et le bourgeonnement des activités privées, la seconde décennie se caractérise par l’émergence de pôles de développement articulés aux aides européennes, notamment aux fonds structurels. La recomposition radicale des environnements productifs hérités de l’ancien régime a débouché, dans la décennie 1990, sur une vaste réorientation des échanges vers l’Ouest. Les inégalités territoriales qui avaient été contenues sous l’effet d’une politique égalitariste se sont creusées après 1990 à la suite de la polarisation du développement. Les notions de métropolisation, de cluster et de coopérations transfrontalières qui structurent le développement économique à l’Ouest s’imposent désormais à l’Est comme les catégories de base du développement, qui soutiennent des taux de croissance élevés, largement supérieurs aux moyennes de l’Union européenne à quinze.

219
vues

219
téléchargements
Cette thèse cherche à évaluer la politique de développement mise en œuvre par les autorités mongoles entre 1990 et 2016. Elle s’articule autour de la question de recherche suivante : Entre « malédiction des ressources », sinophobie et dépendance, comment la Mongolie démocratique et libérale fait-elle face au défi du développement économique pour préserver son indépendance et sa souveraineté et éviter d'être « transformée en une simple annexe de matières premières » pour la Chine ? À travers ce prisme, cette thèse ambitionne de rendre compte du processus de transition suivi par la Mongolie après 1990. L’objectif est de proposer une description du nouveau système politico-économique qui a vu le jour, donc des spécificités de son capitalisme. Outre cette contribution aux études mongoles, cette thèse entend également permettre de mieux comprendre les défis auxquels sont confrontés les États riches en matières premières dans leur processus de développement. Enfin, elle entend contribuer à expliquer les mécanismes qui ont conduit à la divergence observée dans les processus de transitions politique et économique des pays postsocialistes.

in Critique internationale Publié en 2004-10
BEAUMELOU Fabienne
LHOMEL Edith
PERRON Catherine
10
vues

10
téléchargements
Alors que les huit premiers pays d’Europe centrale et orientale sont officiellement devenus membres de l’UE, une évaluation des jumelages, instrument mis en place par la Commission en 1998 dans le cadre du programme PHARE semble opportune. Il s’agit dans un premier temps d’analyser le fonctionnement de cet outil et les types d’interactions entre les différents acteurs en jeu. On pourra ainsi mettre en évidence l’adaptation ou non des procédures aux objectifs qui visent l’harmonisation et la convergence entre les différents systèmes, la qualité de la prise en compte des besoins et des attentes des participants et pour finir la réussite du processus d’européanisation. L’enjeu central étant in fine celui de l’apprentissage des bonnes pratiques, comme processus d’accompagnement, d’imitation, de correction et en fin de compte d’adaptation des règles et normes de l’UE.

This book is the outcome of an interdisciplinary and comparative research project aiming at the analysis of different forms of regional development within the context of the EU in three selected regions of a founding member state (France), a recent member state (Poland) and a negotiating candidate country (Turkey). The research was funded by the European Union within the framework of a large scale project run by Istanbul Bilgi University, Sciences Po-Paris, and the Institut Français d’Etudes Anatoliennes (IFEA). This work intends to highlight the capacities of some European states to manage economic, social and political complexity embedded in the industrial and regional areas facing difficulties and crisis. The complexity here refers to some cities, which are typically called “company towns” forced to reshape not only their industrial profile, but also social and economic characteristics of the urban space. Drawing lessons from Valenciennes and Katowice, which have been successful in complying with the requirements of new global economy and multilevel governance within the European Union, this research book tends to propose some suggestions for Karabük.

3
vues

3
téléchargements
Compte rendu de l'atelier OMER (Observatoire mondial des enjeux et des risques) animé par François Bafoil le 11 juin 2015 au CERI.

in China Innovation Inc. Sous la direction de BAFOIL François, BIRONNEAU Romain, ARVANITIS Rigas, BAFOIL François, KAHANE Bernard Publié en 2012
1
vues

0
téléchargements
Les politiques de privatisation conduites en Chine peuvent s’analyser au regard de celles qui ont été menées en Europe centrales et en Asie. Les similitudes observables ne sont pas tant dans les régimes juridiques utilisés que dans les objectifs et rythmes de mise en œuvre. Que ce soit pour des régimes très centralisés et placés sous la domination d’élites autoritaires ou pour des Etats engagés sur la voie de la démocratie et de l’économie de marché, les politiques de privatisation représentent un enjeu majeur, en raison de l’émergence de nouvelles sources de pouvoir alternatives et potentiellement concurrentes. Comment opérer le changement des droits de propriété sans rien changer à la forme autoritaire de la domination politique dans le premier cas et sans menacer les nouveaux équilibres dans le second ? Dans tous les cas, les politiques de privatisation soulèvent la capacité des Etats à maintenir leur propre cohérence interne en limitant tout risque de défection de la part d’acteurs dotés de nouvelles ressources.

Penser l’autonomie énergétique par le biais des énergies renouvelables, c’est penser plusieurs formes de changement qui affectent le secteur énergétique et la gouvernance, et plus généralement les échanges entre acteurs publics, privés, associatifs et citoyens pour un questionnement qui porte d’un côté sur les relations d’échanges au sein des gouvernances nationales et de l’autre, sur l’action collective. La question ultime est de savoir si les innovations mises en œuvre dans le secteur énergétique à l’échelle des territoires traités dans cette étude favorisent une plus grande inclusion sociale et une participation démocratique accrue. Les territoires en question sont Malmö, Brest, Grenoble, Aberdeen, le Land de Brandebourg, la région du Haut-Adige et Katowice...

in European urban and Regional Studies Sous la direction de BAFOIL François, BACHTLER John, DABROWSKI Marcin Publié en 2014-10
4
vues

0
téléchargements
The 1988 reform of the structural funds (SF) set the foundations for European Union (EU) cohesion policy (CP), arguably one of the most innovative and large-scale, if controversial and often criticised, policies addressing uneven economic development and territorial disparities. The reform reflected the shift towards new regionalism (Amin and Thrift, 1995; Cooke and Morgan, 1998; Storper, 1995, 1997), an approach considering the regional scale as key for economic development underpinned by robust regional networks and site-specific ‘relational assets’ such as trust and social capital...

Suivant