Coauthor
  • ZIELONKA Jan (3)
  • KEPEL Gilles (2)
  • SMOLAR Aleksander (1)
  • SEIFTER Pavel (1)
  • Show more
Document Type
  • Article (66)
  • Part or chapter of a book (31)
  • Web site contribution (22)
  • Audiovisual (17)
  • Show more
in Site du CERI Publication date 2021-07-15
15
views

0
downloads
Just before the fall of the Berlin Wall, Jacques Rupnik was involved in the making of The Other Europe, a six part series documentaries filmed in Central and Eastern Europe for the UK’s Channel Four. He also published a book entitled The Other Europe. The archives of these documentaries (collecting testimonies from communist officials as well as opponents of the regime, artists, intellectuals and ordinary citizens) will be preserved in Prague under the auspices of the Vaclav Havel Library and made available online. Many of the interviews are already posted on The Other Europe website. Here, Jacques Rupnik tells the story of this incredible adventure, from the making of the documentary to the fight to preserve its archives and ensure they remain accessible.

in Site du CERI Publication date 2021-07-12
9
views

0
downloads
Juste avant la chute du mur de Berlin en 1989, Jacques Rupnik a participé à la réalisation de The Other Europe, série de six films documentaires réalisés dans les pays d'Europe centrale et orientale pour la chaîne de télévision britannique Channel Four. Il a également publié un livre intitulé The Other Europe tiré de cette expérience. Les archives de ces documentaires (témoignages de représentants communistes comme d’opposants au régime, d’artistes, d’intellectuels et d’anonymes) seront conservées à Prague sous les auspices de la Bibliothèque Vaclav Havel et digitalisées de façon à être accessibles en ligne. De nombreux entretiens le sont d’ores et déjà sur le site de The Other Europe. Jacques Rupnik nous raconte ici l’histoire de cette (incroyable) épopée, du tournage du documentaire au combat pour conserver et diffuser les archives.

in Cahiers français Publication date 2021-06-01
13
views

0
downloads
[Résumé du dossier] La démocratie libérale , il y a encore peu de temps, semblait être le dernier mot de l’histoire. Aujourd’hui des signaux de crise se manifestent un peu partout dans le monde : France, Royaume-Uni ou encore en Suisse. En même temps, différentes formes de renouveau démocratique apparaissent. Souvent en lien avec les outils numériques, elles visent à rendre la démocratie plus participative. L’engagement citoyen prend de nouvelles formes militantes et associatives. Le gouvernement explore de nouvelles options pour renouveler le modèle démocratique mais est-ce suffisant ?

in Telos Publication date 2021-03-12
56
views

0
downloads
Forgé il y a vingt-cinq ans, le concept de démocratie illibérale perd de sa pertinence, après une dérive qui a vu un Viktor Orban le reprendre à son compte. La « démocratie illibérale » revendiquée en Hongrie ou en Pologne est-elle une version dégradée de la démocratie, ou n’est-elle pas plutôt, comme la Russie de Poutine, une version atténuée du régime autoritaire ?

41
views

0
downloads
30 ans après sa création, le groupe de Visegrad est-il encore en mesure de développer une vision de l’Europe qui lui est propre ? Alexandre Robinet-Borgomano a interrogé Jacques Rupnik, spécialiste de l’Europe centrale et orientale et directeur de recherche émérite à Sciences Po Paris, ancien conseiller du président Vaclav Havel.

in Alternatives économiques. Hors-série Publication date 2021-01
62
views

0
downloads
L’Union a longtemps été l’acteur international prééminent en Serbie. Elle est aujourd’hui concurrencée par d’autres puissances qui en ont fait le pivot de leur influence dans les Balkans -- Au lendemain des guerres de dissolution de la Yougoslavie qui ont endeuillé les années 1990, l’Union européenne est apparue comme l’acteur international prééminent dans les Balkans. Aspirés par d’autres engagements internationaux, les Etats-Unis s’étaient retirés de la région, se contentant de soutenir la perspective de l’élargissement de l’Union à des pays balkaniques. La Russie semblait trop absorbée par son réengagement dans sa propre périphérie post-soviétique. La Turquie, alors tournée vers l’Union, ne souhaitait rien entreprendre dans la région qui puisse compromettre ses négociations d’adhésion. La Chine, enfin, paraissait encore un acteur lointain et peu présent. Tout cela a changé au cours de la dernière décennie. Il était temps que l’Union européenne en prenne conscience. Qu’au-delà des discours convenus sur la « vocation européenne » des Balkans, elle mesure leurs enjeux géopolitiques. Et la place spécifique qu’occupe la Serbie...

in L’onde de choc tchécoslovaque. 1968 en Europe médiane et occidentale Edited by MARÈS Antoine, MAYER Françoise, RUPNIK Jacques Publication date 2020-12
22
views

0
downloads
[Résumé de l'ouvrage] Il y a plus d’un demi-siècle, le « Printemps tchécoslovaque », dit souvent « Printemps de Prague », et l’invasion soviétique du 21 août 1968 ont bouleversé les opinions publiques. Dans les semaines qui ont suivi, une abondante couverture médiatique et éditoriale a abordé le sujet. Face à cette émotion internationale, les chancelleries ont réagi froidement et l’évolution des politiques étrangères des grandes puissances n’en a pas été sensiblement modifiée. En revanche, la fin de l’expérience du « socialisme à visage humain » a eu un impact considérable sur la perspective désormais improbable d’une réforme des régimes communistes : toutes les gauches en ont été profondément affectées. Cet ouvrage s’est nourri d’une double source : partant du Printemps tchécoslovaque de 1968, il ne se limite pas à mettre l’accent sur ses particularités mais de le situer d’emblée dans une problématique de remise en question de l’ordre politique interne et externe (la division de l’Europe) pour explorer la circulation des idées et des logiques de contestation en Europe médiane (Varsovie, Prague, Budapest, Bucarest, Belgrade…) ; il aborde aussi les interactions et les quiproquos qui ont pu se faire jour avec les mouvements qui se développèrent alors en Europe occidentale (Paris, Rome, monde occidental...). Ce recueil, réunissant historiens et politologues français et centre-européens, se veut une invitation à la réflexion sur un tournant de l’histoire européenne qui reste important pour comprendre certains malentendus sur les questions mémorielles ou politiques dans l'Europe d'aujourd'hui.

Edited by MARÈS Antoine, MAYER Françoise, RUPNIK Jacques Publication date 2020-12
93
views

0
downloads
Il y a plus d’un demi-siècle, le « Printemps tchécoslovaque », dit souvent « Printemps de Prague », et l’invasion soviétique du 21 août 1968 ont bouleversé les opinions publiques. Dans les semaines qui ont suivi, une abondante couverture médiatique et éditoriale a abordé le sujet. Face à cette émotion internationale, les chancelleries ont réagi froidement et l’évolution des politiques étrangères des grandes puissances n’en a pas été très affectée. En revanche, la fin de l’expérience du « socialisme à visage humain » a eu un impact considérable sur la perspective désormais improbable d’une réforme des régimes communistes : toutes les gauches en ont été profondément affectées. Cet ouvrage s’est nourri d’une double source : partant du Printemps tchécoslovaque de 1968, il ne se limite pas à mettre l’accent sur ses particularités mais de le situer d’emblée dans une problématique de remise en question de l’ordre politique interne et externe (la division de l’Europe) pour explorer la circulation des idées et des logiques de contestation en Europe médiane (Varsovie, Prague, Budapest, Bucarest, Belgrade...) ; il aborde aussi les interactions et les quiproquos qui ont pu se faire jour avec les mouvements qui se développèrent alors en Europe occidentale (Paris, Rome, monde occidental...). Ce recueil, réunissant historiens et politologues français et centre-européens, se veut une invitation à la réflexion sur un tournant de l’histoire européenne qui reste important pour comprendre certains malentendus sur les questions mémorielles ou politiques dans l'Europe d'aujourd'hui.

in Micromega Publication date 2020-11-05
KEPEL Gilles
8
views

0
downloads
“Cos’è più importante: la fine dell’impero sovietico o qualche islamista eccitato?”. Così nel 1998 l’ex consigliere americano alla Sicurezza nazionale Brzezin´ski rispondeva a chi gli rimproverava che, sostenendo i combattenti afghani, gli Usa avevano favorito lo sviluppo dell’islam politico. Fra quegli ‘islamisti eccitati’ ci saranno anche coloro che nel 2001 abbatteranno le Torri gemelle. Un dialogo sull’origine del disordine internazionale contemporaneo. Gilles Kepel / Jacques Rupnik in conversazione con Valérie Toranian e Annick Steta.

in Lettre International Publication date 2020-09
30
views

0
downloads

Next