Coauthor
  • LAMINE Claire (7)
  • LE VELLY Ronan (5)
  • CASTEL Patrick (4)
  • FRANÇOIS Pierre (4)
  • Show more
Document Type
  • Article (47)
  • Part or chapter of a book (31)
  • Conference contribution (30)
  • Book (8)
  • Show more
in Journal of Consumer Culture Publication date 2016-03
PLESSZ Marie
GOJARD Séverine
BARREY Sandrine
10
views

10
downloads
Food consumption has become the subject of many prescriptions that aim to improve consumers’ health and protect the environment. This study examined recent changes in food practices that occurred in response to prescriptions. Based on practice theories, we assume that links that connect practices with prescriptions result from evolving social interactions. Consistent with the life-course perspective, we focus on distinctions between public prescriptions and standards that individuals consider relevant to their lives. We rely on quantitative data and the results of qualitative fieldwork conducted in France. Our results suggest that consumers may change food practices when they reach turning points in their lives. They may reconsider resources, skills and standards. Middle- and upper-class individuals are more likely to adopt standards consistent with public prescriptions. Possible explanations are that they trust expert knowledge sources, their social networks are less stable and smaller gaps exist between their standards and prescriptions.

3
views

0
downloads
La distribution se trouve depuis quelques temps au centre de l’actualité sociale et scientifique, comme en témoignent les travaux récents conduits sur l’aménagement des magasins, la gestion des relations avec la clientèle, l’organisation de filières de qualité en réponse à la crise de la vache folle, l’évolution des pratiques tarifaires du secteur, l’ouverture croissante des distributeurs aux pratiques de commerce équitable, le développement du commerce électronique, l’invention de nouveaux modes de distribution, etc. Paradoxalement, ces enjeux très contemporains ne se comprennent bien qu’à la lumière des travaux sociologiques et historiques non moins nombreux qui ont été simultanément consacrés à l’histoire du même secteur d’activité. Ces travaux montrent en effet que le déploiement des techniques des formes de distribution n’a rien de purement fonctionnel ou culturel, mais repose depuis les origines sur l’énergie des distributeurs, l’engagement variable des consommateurs et surtout sur la mise au point d’un ensemble d’astuces technico-organisationnelles destinées à fluidifier la relation marchande dans le commerce de détail. (Premiers paragraphes de la présentation du numéro)

Political consumerism was developed during the 19th century and expanded at the turn of the century through social movements aimed at empowering civil society in the market. Many of these movements succeeded in building power on the consumption side. Today, we still witness several forms of political consumerism. This contribution explores the possibilities and limits of consumer involvement in sustainable consumption. The main finding of this study of the political organization of consumers is that the market may not be the only arena for changing consumer behavior. Instead, social constraint and political empowerment seem to be rather more efficient.

in Proximités et changements socio-économiques dans les mondes ruraux Publication date 2005
1
views

0
downloads

Depuis quelques années une sociologie de l’échange rend compte du rôle des différents dispositifs et opérations qui construisent la relation d’échange. Dans cette contribution, nous abordons le cas plus spécifique des actions des consommateurs telles qu’elles peuvent être saisies en situation d’achat. A partir d’une méthode originale de suivi de parcours de courses, nous avons recueilli un corpus de situations d’arbitrage. Nous proposons de restituer l’hétérogénéité de ces arbitrages sous trois figures idéales-typiques : la routine, la sélection et la délibération. Ces opérations des consommateurs soulignent la dimension fortement cognitive de leur engagement dans l’échange, mais montrent également leur habilité à composer avec des dimensions morales.

in Rethinking consumer behaviour for the well-being of all. Reflections on individual consumer responsibility Publication date 2008-12
3
views

0
downloads

in Histoire des mouvements sociaux en France Publication date 2012-11
22
views

0
downloads
La figure du consommateur n’est pas une invention contemporaine et les historiens s’accordent en général pour en dater l’avènement dans l’Angleterre de la fin du XVIIe siècle. L’association de cette figure à la contestation sociale est elle aussi ancienne, et les premiers mouvements de consommateurs accompagnent inexorablement la naissance de la consumer society. Cependant, loin d’être restée constante dans le temps, l’identité militante des consommateurs n’a cessé d’évoluer entre deux objectifs : d’une part la construction de droits à défendre face à la progressive organisation des intérêts de l’État et des entreprises ; d’autre part la manifestation des responsabilités face aux injustices et inégalités produits par les ordres économiques. (premières lignes)

in Economie rurale Publication date 2006-03
NAVARRETE Mireille
PLUVINAGE Jean
1
views

0
downloads
L’article porte sur les conditions de construction de la qualité des fruits depuis le verger jusqu’à la première mise en marché. Il s’appuie sur un travail de recherche pluridisciplinaire, dans lequel ont été étudiées plusieurs Organisations de producteurs (OP) commercialisant de la pêche en Rhône-Alpes, et analyse leurs relations, tant avec les producteurs-apporteurs qu’avec leurs clients. Après avoir proposé une grille de lecture, les auteurs identifient trois idéaux-types d’OP suivant leur degré de coordination avec les producteurs et leur degré de valorisation de la diversité des qualités produites. La stratégie commerciale des OP vis-à-vis du secteur de la distribution Grandes et moyennes surfaces (GMS) apparaît ainsi comme un élément clé pour comprendre leurs modes de fonctionnement, tant au niveau du service commercial que du service approvisionnement.

in Sociologie Publication date 2013-12
12
views

0
downloads
La théorie des pratiques est un courant d’analyse qui s’est développé en Grande‑Bretagne et dans les pays scandinaves dans les années 2000. L’analyse de pratiques de consommation est l’un de ses domaines de prédilection. Se réclamant de Bourdieu et de Giddens, elle s’oppose à la fois aux analyses de la consommation reposant sur un individu rationnel et sur des approches théoriques centrées sur la dimension symbolique de la consommation. Ses partisans proposent de partir des pratiques et non des individus, de considérer celles‑ci comme des blocs d’activités, de significations, de compétences et d’objets, et d’étudier comment elles se transforment et se diffusent en « recrutant des individus » qui ensuite les mettent en œuvre de façon routinière. Elle permet de saisir les conditions de changement dans des pratiques, en insistant sur la structure temporelle des activités sociales, sur la tension entre routine et réflexivité et sur le rôle des infrastructures matérielles. Cette note critique revient sur les origines de ce courant théorique et ses principales propositions tout en en proposant un bilan critique. Elle suggère que certains développements de la théorie des pratiques pourraient aujourd’hui nourrir une réflexion importante de l’action publique qui vise à encadrer des pratiques, qu’il s’agisse de pratiques en matière de santé, d’alimentation, de conduite automobile ou face à l’addiction, en dépassant les approches fondées sur l’incitation individuelle.

Next