Co-auteur
  • PETEV Ivaylo (6)
  • LEMEL Yannick (5)
  • ROHARIK Ionela (4)
  • DUVAL Julien (2)
  • Voir plus
Type de Document
  • Partie ou chapitre de livre (20)
  • Article (18)
  • Communication non publiée (14)
  • Livre (6)
  • Voir plus
What are the cultural effects of generalized access to upper secondary education, which became effective in France in the 1980s and 1990s? Data on reading and television-watching suggest that reading is in decline, a decline concentrated among high school and higher education graduates, and that television occupies a greater place in the lives of generations who attended school in the 1980s and 1990s than in those of the preceding generations. These two developments result from a complex combination of the “net” and structural effects of mass education. Mass education has slowed the decline of reading and mitigated the increase in television-watching: the proportional weight in the population at large of categories most likely to read heavily and least likely to be intensive TV watchers – i.e., high school and higher education graduates– has grown, as reading and television-watching levels among the highest educated have gradually, over the generations, come to resemble those for the less educated. This combined development may be interpreted in two ways that are not necessarily mutually exclusive: 1) both the decline of reading and the increase in television-watching reflect a change in the cultural function of education, a change in turn due to changes in teaching methods and curriculum content reinforced by the sharp rise in influence of the mass media; but 2) these changes also reflect morphological changes in the world of upper secondary and higher education students: with the generalizing of access to the baccalauréat [French high school-leaving degree], the proportion of “inheritors” has considerably fallen. The changes can therefore be read persuasively both as a sign that schooling in France has lost some of its cultural authority and that cultural gaps within the generations who experienced mass education have narrowed.

in Dictionnaire des inégalités et de la justice sociale Sous la direction de SAVIDAN Patrick Publié en 2018-10
1
vues

0
téléchargements

in Dictionnaire des inégalités et de la justice sociale Sous la direction de SAVIDAN Patrick Publié en 2018-10
1
vues

0
téléchargements

3
vues

0
téléchargements
Com base em estudos e pesquisas desenvolvidos em diversos países, o livro apresenta as tendências da evolução contemporânea das práticas culturais, situando-as dentro da estrutura social e discutindo suas correlações com as grandes orientações das políticas públicas. Ao longo da obra, o autor aborda temas como as práticas culturais e a estratificação social, a televisão como prática dominante, a diversidade das práticas de leitura, a música, a autoprodução cultural e o ecletismo dos gostos e práticas amadoras.

Consacrée à l’étude de rapports sociaux qui se nouent autour de la chasse, cette thèse se veut une contribution à une sociologie des modes de vie qui, prenant en charge l’inscription spatiale du social, permet de donner concrètement à voir la dimension relationnelle de la construction des classes sociales. La constitution des mondes de la chasse à l’échelle nationale est d’abord retracée et mise en perspective aux plans historique et socio-démographique. L’attention est en particulier orientée vers les transformations des conditions de la chasse en lien avec les évolutions récentes des espaces ruraux et périurbains. Les deuxième et troisième parties de la thèse se fondent principalement sur l’analyse de matériaux recueillis, selon des méthodes de type ethnographique, sur deux espaces contrastés : le Germanois (Côte-d’Or) et les environs bellifontains (Seine-et-Marne). Sur chaque terrain, différents groupements cynégétiques ont été observés : sociétés communales de chasse, groupes de chasse à tir privés, équipages de chasse à courre. Les manières dont leurs adhérents, qui appartiennent à des classes et des fractions de classes diverses, embrassent les enjeux auxquels ils sont confrontés – au premier rang desquels la dégradation de l’image de la chasse et l’environnementalisation de sa pratique – sont restituées. L’analyse se resserre ensuite autour des modalités organisationnelles et des logiques d’investissement dans la chasse privilégiées par les représentants de certaines fractions de classes ; celles-ci permettent de rendre compte des significations de leur engagement et de les réinscrire dans les styles de vie qui sont les leurs.

in Les mondes étudiants. Enquête conditions de vie 2010 Publié en 2011
2
vues

0
téléchargements

in L’état des inégalités en France 2009 Sous la direction de MAURIN Louis, SAVIDAN Patrick Publié en 2008
5
vues

0
téléchargements

9
vues

0
téléchargements
Dans la France d’aujourd’hui, le « capital culturel », en particulier sous sa forme scolaire, continue d’orienter puissamment les trajectoires sociales. Il est même vraisemblable que la valeur sociale des diplômes n’ait jamais été aussi forte qu’aujourd’hui. Les prophètes du déclin de la culture font pourtant recette, sur fond de mise en scène tapageuse d’une présidence « bling-bling » qui viendrait couronner le lent effondrement d’un ordre ancien, dominé par le prestige de la culture littéraire et des humanités. Le règne de l’écrit serait mis à mal par celui de l’écran, et le triomphe d’élites vantant les vertus du bonheur matériel et de la fortune. L’humeur portée par ce divorce des élites du savoir et des élites du pouvoir nourrit un certain désarroi à l’égard des vertus émancipatrices naguère prêtées à la démocratisation de la culture et de l’éducation. Faut-il se ranger à l’idée que les diplômes verraient inévitablement leur « niveau » s’affaiblir à mesure qu’ils se multiplient ? Que la dévalorisation relative des ressources culturelles serait consubstantielle à leur diffusion, dans un contexte marqué par un accroissement des inégalités de richesse ? Tout ceci invite à se pencher sur l’articulation contemporaine des composantes culturelles et économiques de la structure des inégalités : quel est aujourd’hui le rôle de la culture dans la structuration des rapports « de classe » ? Quelles sont les conséquences de l’expansion scolaire qui s’est produite depuis la fin des années 1960 et, plus encore, au cours des années 1980 et 1990 ? Quel est l’impact des politiques publiques de l’Education mais aussi de la Culture ? Comment ont évolué, à la faveur de ces transformations, les normes de la légitimité culturelle ? Telles sont les questions que cet ouvrage pose pour penser les métamorphoses contemporaines de la distinction.

Suivant