Coauthor
  • PALIER Bruno (18)
  • BOUSSAGUET Laurie (16)
  • GRAZIANO Paolo Roberto (9)
  • WOLL Cornelia (7)
  • Show more
Document Type
  • Conference contribution (32)
  • Part or chapter of a book (20)
  • Article (19)
  • Book (10)
  • Show more
in Une "French touch" dans l'analyse des politiques publiques ? Sous la direction de JACQUOT Sophie Publication date 2015-01
RAVINET Pauline
2
views

0
downloads

Cet article s'intéresse à l'influence de la sociologie dans l'analyse de l'action publique européenne. Nous revenons notamment sur la notion "d'usage" que nous avons développée auparavant et plaidons pour une prise en compte plus systématique de l'action stratégique dans l'analyse des transformations européennes. Nous analysons les évolutions récentes des études européennes vers une prise en compte plus systématique de l'imbrication sociale des acteurs, ce qui permet d'étudier leur rationalité sans tomber dans certains pièges des approches du choix rationnel trop réductrices. L'analyse de l'action intentionnée permet de mettre en lumière trois dimensions spécifiques des transformations européennes : (1) les processus non contraignants et informels, (2) les effets de la circulation des acteurs entre les différents niveaux du système européen, et (3) l’importance des coalitions ambiguës et parfois inattendues qui se forment, souvent malgré des divergences profondes sur les objectifs à atteindre.

in Les usages de l'Europe : acteurs et transformations européennes Sous la direction de JACQUOT Sophie, WOLL Cornelia Publication date 2004
2
views

0
downloads
Pourquoi faire une sociologie politique des usages de l’intégration européenne ? La réponse nous semble résider dans l’évolution des théories de la construction européenne. Initialement, l’objet des études européennes était d’expliquer un régime ou une coopération internationale. Par conséquent, les théories dominantes étaient issues du champ des relations internationales. D’un côté, on trouvait des explications fonctionnalistes1 puis néo-fonctionnalistes2, de l’autre, la critique des réalistes et la théorie de l’intergouvernementalisme libéral3. Dans les deux cas, l’ambition était d’expliquer la création et la stabilité d’une coopération entre Etats, et d’analyser les politiques produites à ce niveau supranational. Les politiques nationales étaient un facteur qui déterminait les choix faits au niveau supranational, mais l’étude des politiques nationales se développait relativement indépendamment des études européennes (...).

in Comparative European Politics Publication date 2010-04
2
views

2
downloads
This article examines the importance of action-theoretical considerations in European studies. By outlining the notion of “usage” of the European Union, we argue for a more systematically sociological consideration of strategic action in the study of European transformations. The recent turns towards constructivism and comparative political sociology allow analyzing the rationality of political actors without falling in the trap of overly reductionist rational choice assumptions. Concentrating on intentional action helps to reveal the importance of three aspects of the multi-level polity: (1) informal and non-constraining procedures, (2) the effects of ways in which actors move in between the different levels of the European political system, and (3) the ambiguous and often surprising coalitions that come together despite often considerable disagreement over their final goals.

in Les usages de l' Europe : acteurs et transformations européennes Sous la direction de WOLL Cornelia, JACQUOT Sophie Publication date 2004
5
views

0
downloads

in The Community Method Publication date 2011
6
views

0
downloads
Since the mid 1990s, European governance has evolved substantially, particularly in the direction of fewer constraints: flexibility, coordination, peer monitoring, and soft law have become fashionable themes. The literature on ‘new modes of governance’ (or NMGs) has flourished alongside these transformations.1 Some authors have referred to a ‘governance turn’ in European studies (Kohler-Koch and Rittberger 2006). The analysis of the nature, significance and impact of this ‘new’ governance has indeed created a scholarly movement in its own right (with its ‘stars’, a specific language, quasi-specialised reviews, a multiplication of large-scale research programs, etc.). NMGs are defined, more or less implicitly, in opposition to the Community method. Despite occasional doubts regarding their legitimacy (Georgakakis and de la Salle 2007) or their effectiveness (Idema and Kelemen 2006), they tend to be viewed as increasingly important in EU policy-making.

La trajectoire de l'action publique européenne en faveur de l'articulation entre travail rémunéré et vie privée est particulièrement intéressante dans la mesure où elle fait office de révélateur de transformations plus profondes relatives, d'une part, à la nature et aux orientations de la politique sociale européenne dans son ensemble et, d'autre part, à la place du genre et de la question de l'égalité entre les femmes et les hommes au sein de cette politique (...).

JACQUOT, Sophie, “Le Lobby Européen des Femmes: de l’exception à la marginalisation?”, Section thématique 6: Savoir, réception institutionnelle du genre et mouvements de femmes : politisation ou dépolitisation ?, 4e Congrès international des associations francophones de science politique, 20-22 April 2011, Brussels.

Next