Coauthor
  • CAPELLE-POGACEAN Antonela (9)
  • SLIM Assen (3)
  • DYMI Amilda (2)
  • BOUCHERON Patrick (1)
  • Show more
Document Type
  • Article (61)
  • Conference contribution (26)
  • Part or chapter of a book (13)
  • Report (11)
  • Show more
in Critique internationale Publication date 2008-07
2
views

0
downloads
Depuis la chute du communisme, une abondante littérature a été consacrée aux transferts, à l’Est, de normes, règles et standards internationaux en matière de politiques publiques. Plutôt que d’envisager ces processus à travers l’étude de logiques d’exportation (tour à tour vues comme vertueuses ou asymétriques) ou d’importation (supposées passives ou zélées), le présent article interroge les mécanismes concrets à travers lesquels des « problèmes sociaux », des politiques sont formulés et remodelés à mesure qu'une variété d'acteurs locaux, régionaux et transnationaux s'en saisissent. À partir d’une recherche sur le rôle des ONG dans la construction des enjeux minoritaires en Bulgarie, il met en exergue les façonnages pluraux des catégories et priorités internationales par des responsables bulgares ayant appris à jouer des répertoires de l'international pour se positionner sur un marché interne compétitif. L’analyse souligne également le caractère fragile, poreux, des lignes de démarcation entre ce qui est présenté comme relevant de l'exportation ou de l'importation en raison de la multipositionnalité d'agents à la fois « locaux » et insérés dans des réseaux transnationaux, voire impliqués dans la formulation des recommandations d’institutions dites « exportatrices ». Au couple « exportation/importation », il pourrait dès lors être heuristique de substituer la notion de circulations des thématiques et des dispositifs, tout en interrogeant leur inscription dans des histoires locales (...).

The article explores the transformations in the definitions and experiences of gender identities in Bulgaria following the establishment of socialist rule. The study centers on one specific milieu, that of theater actresses. The 19th Century emergence of a national theatrical tradition has been accompanied with the development of ambivalent images of female comedians, both as art muses and light women. While denouncing “bourgeois” ways of acting (and living), after 1944 socialist rulers invest actresses with unprecedented social and political missions. Comedians, however, are asked to perform these new roles (both on and off stage) in front of audiences whose representations of theatrical performances predate the imposition of socialism. How then can the expected metamorphosis be achieved? Comparing the trajectories of two scenes (the National theater and a modest provincial theater), the paper shows that the visual and moral departure from the pre-1944 era is not achieved through eschewing previous ways of doing and sensitivities. Rather the latter are re-enacted so as to break with the bourgeois past. Additionally, the article argues that one may not assume the existence of a gap between the socialist project of female emancipation and the truth of lived experiences. Changes in gender identities and ways of appropriating them were indeed filtered through diverse generational and social frames. (Résumé de l'éditeur)

L’objectif de cet article est triple : il est d’abord de mettre en perspective les processus migratoires intervenus ces vingt dernières années depuis la Bulgarie. L’accent est ici placé sur les profils migrants, les ressources de la mobilité et la manière dont les circulations ont contribué à une redéfinition des hiérarchies et imaginaires sociaux, ainsi que des rapports à l’espace et au temps. Sont également envisagées les incidences (moindres qu’on ne l’a parfois dit) de l’adhésion européenne sur les parcours migrants. En raison de la rareté relative des travaux consacrés aux migrations bulgares, ce texte vise en second lieu à retracer l’émergence, en Bulgarie comme à l’international, d’un champ de recherche sur les mobilités et de présenter au lecteur les principales problématiques à l’aune desquelles ces circulations ont été appréhendées. C’est par rapport à cette littérature qu’a été pensé le présent dossier dont la dernière partie de l’introduction restitue les principaux axes.

1
views

0
downloads
En décembre 2005, la Macédoine se voyait reconnaître le statut de candidat officiel à l’Union européenne (UE). En septembre 2009, la Commission européenne recommandait l’ouverture de pourparlers d’adhésion, une recommandation non suivie par le Conseil européen. Le rapporteur slovène de la candidature macédonienne au Parlement européen, Zoran Thaler, sonnait alors l’alarme : « les Balkans occidentaux sont comme une bicyclette : tant qu’elle roule, l’équilibre est assuré. Si elle s’immobilise, en revanche… » 1. Depuis lors, une année et demie s’est écoulée sans que l’horizon européen de la Macédoine ne se précise. Le non-respect de la conditionnalité européenne expliquerait-il un tel blocage ? (...).

Publication date 2005-03-16
RAGARU Nadège
1
views

0
downloads
Séminaire de l'Ecole normale supérieure (enseignement de Jean-Louis Briquet)

in Le Courrier des pays de l'Est - La Documentation française Publication date 2006-08-01
RAGARU Nadège
SLIM Assen
0
views

0
downloads

Publication date 2004-02-14
RAGARU Nadège
0
views

0
downloads

in Revue d’études comparatives Est-Ouest Publication date 2005-09
RAGARU Nadège
5
views

0
downloads
L'objet de cet article est de mettre en perspective les débats politiques et les mobilisations sociales qui ont accompagné la réforme du maillage communal en Macédoine en 2004. Le principe de la décentralisation faisait partie intégrante des accords d'Ohrid, un compromis négocié entre majorité macédonienne ethnique et minorité albanaise sous l'égide de la communauté internationale au terme du conflit de 2001. L'opposition de la majorité slave à la nouvelle délimitation des frontières municipales promue par le gouvernement a revêtu une ampleur inattendue. Comment la comprendre ? Quand on parle de découpage communal, est-ce bien de pouvoir local qu'il est question ou l'organisation des territoires mettrait-elle en cause plus que la gestion de prérogatives et de ressources rares ? L'hypothèse avancée est que les réactions à la refonte des municipalités gagnent à être abordées à travers une étude des interconnexions entre enjeux locaux, loyautés communautaires et logique étatique. Adopter une telle démarche conduit à souligner l'impact des trajectoires de construction nationale différenciées suivies par les communautés vivant en Macédoine sur les perceptions et pratiques de l'État, du territoire et des frontières dans ce pays. Le redécoupage des frontières municipales constitue par ailleurs l'un des lieux où l'on peut observer les effets complexes de la réorganisation progressive des dynamiques communautaires autour de l'opposition entre Macédoniens ethniques et Albanais sur le positionnement des « petites » minorités (turques, roms, serbes et valaques), placées dans la situation malaisée de devoir prendre position en faveur de l'un ou l'autre des principaux protagonistes.

in Le Courrier des pays de l'Est - La Documentation française Publication date 2004-08-01
RAGARU Nadège
0
views

0
downloads

Next