Type
Compte-rendu d’ouvrage
Titre
De l'impérialisme linguistique
Éditeur
FR
Pages
en ligne - p.
ISSN
21053030
Résumé
FR
Il y a plus de quinze ans, en 1999, Pascale Casanova avait pris à rebrousse-poil la vision enchantée du monde littéraire et montré, exemples à l'appui, que la République des lettres était un champ mondial de fabrique de l'universel, avec ses centres et ses périphéries, son "méridien de Greenwich" et ses luttes concurrentielles. De la langue de la littérature à la langue tout court, l'auteur poursuit sa réflexion avec le même puissant effet dégrisant : la bonne conscience contemporaine mais aussi la linguistique formelle postulent l'égalité entre les langues dont la diversité est un bien précieux, à préserver - bien qu'en fait, des dizaines de langues meurent tous les ans. Or, aujourd'hui comme hier, il y a une langue mondiale, support de communication universelle, des langues centrales, des langues périphériques, toutes s'efforçant d'exister sur la scène internationale. L'intérêt de ce petit livre percutant, inséré dans une collection de combat, repose sur la clarté de ses postulats épistémologiques, le tranchant de l'analyse face aux propos souvent lénifiants sur la question, enfin sur l'honnêteté de ses conclusions. Le lecteur français, amoureux des langues, mais soumis à des injonctions répétées de pratiquer l'anglais sur son lieu professionnel comme dans la rue, se reconnaîtra dans les paradoxes que met au jour Pascale Casanova. Il pourra même en tirer une sorte de morale linguistique pratique.
CITATION BIBLIOGRAPHIQUE
EXPORT