Type de Document
  • Article de presse ou magazine (1)
  • Contribution à un site web (1)
  • Working paper (1)
6
vues

0
téléchargements
La Chine s’est considérablement investie dans la promotion de l’intelligence artificielle. En juillet 2017, le Conseil des Affaires d’Etat a publié son « Plan national de développement de la nouvelle génération d’intelligence artificielle » et s’y est fixé l’objectif de devenir leader mondial de l’IA d’ici 2030. Pour ce faire, d’ici 2020, un montant total de 150 milliards de yuans (23,86 milliards de dollars) sera alloué aux universitaires, aux incubateurs ou aux start-ups pour les aider à développer leur expertise en IA. Cette somme pourra même atteindre 400 milliards de yuans (63,62 milliards de dollars) si besoin est. Les investissements financiers et politiques que la Chine a effectués dans l’IA suscitent à la fois des convoitises et des doutes, ce qui se traduit dans la manière dont la grande majorité des chercheurs occidentaux appréhendent les actions publiques chinoises. En réalité, il faut comprendre que face à un environnement international inamical et à des défis internes imminents, la Chine a un immense besoin de l’IA pour éviter d’être prise de court par les vicissitudes internationales. D’ailleurs, le fait que la Chine aspire à piloter la coopération internationale en IA n’a rien d’illégitime et tous les pays du monde peuvent avoir une telle ambition. Il est grand temps de mettre fin à la monopolisation des puissances occidentales dans la fixation de normes internationales, auxquelles les pays en voie de développement sont souvent obligés d’obéir, sous peine d’isolement, de stigmatisation, voire d’exclusion totale.

Entre innovation spectaculaire et polémique médiatique, l’intelligence artificielle (IA) est prise d’assaut par la Chine. Dans cette note, je revient sur les politiques chinoises qui ont permis l’essor de cette nouvelle technologie. De l’élaboration de stratégies aux investissements colossaux contractés, les géants de l’e-commerce et le gouvernement de Xi Jinping ont façonné un climat social propice au développement de l’intelligence artificielle. De cette façon, le Parti communiste chinois entend répondre à des impératifs économiques, sécuritaires, sociaux et environnementaux. Son objectif est clair : la Chine souhaite rattraper les États-Unis d’ici à 2020, les dépasser en 2025 et devenir leader mondial en 2030. Pour ce faire, le gouvernement mise sur la fixation de programmes nationaux au long terme, sur les partenariats entre les secteurs privés et publics ainsi que sur la croissance des investissements dans le secteur.

24
vues

0
téléchargements
Le développement de l’intelligence artificielle est l’une des priorités du gouvernement chinois. Dans le Plan national de développement de la nouvelle génération d’intelligence artificielle, document officiel proclamé par le Conseil des Affaires d’Etat en juillet 2017, la Chine se fixe comme objectif de devenir numero 1 mondial de l’IA d’ici 2030. Aujourd’hui, sous l’impulsion des autorités publiques, des start-ups et des entreprises numériques, l’utilisation de l’intelligence artificielle s’est rapidement généralisée dans la société chinoise pour couvrir les secteurs de la santé, de la protection environnementale, du maintien de l’ordre public et de la défense. L’inquiétude et les suspicions de la communauté internationale envers le développement de l’IA chinoise doit être relativisée, compte tenu des problèmes intérieurs imminents auxquels la Chine est obligée de répondre dans le prochain avenir.