Type
Article
Titre
Une tortueuse trajectoire : patriotisme et fêtes traditionnelles dans la Chine des réformes
Dans
Critique internationale
Éditeur
FR : Presses de Sciences Po
Volume
1
Numéro
58
Pages
73 - 92 p.
ISSN
12907839
DOI
10.3917/crii.058.0073
Mots clés
Zhang Guoliang, Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC), Conseil des affaires d’État (CAE), État chinois
Résumé
EN | FR
Les fêtes traditionnelles contribuent à renforcer la cohésion de la nation chinoise (...), les transformer en jours fériés affirmera avec encore plus de force les traditions nationales et contribuera à la propagation de l’esprit de la nation ». Ces fortes paroles se trouvent dans la motion, rédigée par le député Zhang Guoliang en mars 2004, et signée par une centaine de députés de Hong Kong de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC), demandant l’inscription des fêtes traditionnelles dans le calendrier officiel. Après un processus relativement rapide, la proposition sera finalement entérinée par le Conseil des affaires d’État (CAE) le 7 décembre 2007. Cette courte séquence d’événements pourrait être un cas d’école « d’invention de la tradition »  justifiant la position de ceux qui considèrent que le Parti communiste utilise le passé afin de « formuler une idéologie pour sa nouvelle base sociale – la bourgeoisie urbaine et cosmopolite émergente – afin d’assurer sa cohésion et de capter sa loyauté à l’heure de la mondialisation capitaliste ». L’État chinois, privé des ressources idéologiques du socialisme, serait contraint de réinventer des coutumes, des pratiques et des rites afin de renforcer la cohésion de la nation chinoise, lancée dans une course éperdue à la puissance mondiale. [Premier paragraphe]

CITATION BIBLIOGRAPHIQUE
EXPORT