Type
Communication non publiée
Titre
La sécurisation de l’approvisionnement électrique au Liban : l’émergence de configurations hybrides
Mots clés
Liban, électricité, transition énergétique, énergies renouvelables, infrastructure, services urbains en réseau
Résumé
FR
Publication réalisée dans le cadre du séminaire doctoral « L’énergie et l’espace » organisé les 14 juin, 17 mai et 12 avril 2019 par le groupe transversal « Ville et énergie » du Labex Futurs Urbains (Université Paris-Est) -- Du fait d’une dégradation structurelle du réseau conventionnel d’électricité, émergent au Liban des pratiques alternatives dans la production, la transmission et la distribution d’électricité. Alors même que le pays est électrifié à plus de 99%, la sous-production et une gestion erratique des infrastructures entraînent des délestages de 3 à 12 heures par jour, variables selon les régions et les localités. Dans ce contexte de rationnement structurel, le réseau conventionnel n’est plus le paradigme dominant, mais s’articule sous différentes formes avec d’autres dispositifs sur le plan matériel, organisationnel ou politique. Ancrés dans le paysage urbain et dans les pratiques depuis plus de 30 ans, les groupes électrogènes fournissent 84% des ménages pendant les heures de rationnement (ACS, 2020) et sont aujourd’hui intégrés comme une norme dans le quotidien des libanais (Dana Abi Ghanem, 2018). En dépit de leur illégalité, ces dispositifs de fourniture sont tolérés voire encadrés par la puissance publique ce qui leur confère un statut de système « extra-légal pérennisé » (Gabillet, 2010). Parallèlement, les ménages, les grandes entreprises voire les municipalités se dotent de systèmes de production renouvelable locale depuis une dizaine d’années. C’est notamment le système hybride articulant réseau conventionnel, groupe électrogène diesel et panneaux photovoltaïques qui devient structurant dans les territoires les plus rationnés en électricité, passant de solution individuelle à collective. Si le réseau reste un horizon structurant, ces dispositifs d’accès à l’électricité plus complexes et diversifiés sur le plan technologique et organisationnel émergent et tendent à s’inscrire durablement dans le paysage électrique libanais. Face à cette hétérogénéisation croissante et structurelle de l’offre et de la demande de fourniture d’électricité, les mécanismes de régulation locaux et nationaux posent question. De la sécurisation individuelle du réseau à l’autonomie énergétique les modèles présentés dans cet article posent de nouveaux enjeux au système électrique national.

CITATION BIBLIOGRAPHIQUE
EXPORT