Type
Article
Titre
Penser la famille aux temps du COVID-19
Dans
Mouvements
Auteur(s)
BESSIÈRE Céline - Université Paris-Dauphine (Auteur)
BILAND-CURINIER Emilie - Centre de sociologie des organisations (Auteur)
GOLLAC Sibylle - Cultures et sociétés urbaines (CRESPPA) (CRESPPA-CSU) (Auteur)
MARICHALAR Pascal - École des hautes études en sciences sociales (Auteur)
MINOC Julie - Laboratoire Printemps (CNRS/UVSQ) (PRINTEMPS) (Auteur)
Éditeur
FR : La Découverte
Pages
en ligne - en ligne p.
ISSN
12916412
Mots clés
famille, crise sanitaire, politique publique
Résumé
FR
La famille est « le plus familier des objets » selon l’expression du sociologue Rémi Lenoir. Elle apparaît sous l’évidence du déjà-là, du naturel et de l’universel. Cet article défend l’idée que pour mieux comprendre et combattre une pandémie, il est nécessaire d’interroger ce sens commun à partir des recherches en sciences sociales. Car, comme ces dernières le montrent, la famille est une construction historique, sociale, administrative, juridique, économique, religieuse, politique et scientifique. Notre analyse réinscrit les relations familiales dans les rapports sociaux de classe, de genre, de race, de génération, de sexualité et de dépendance qui les traversent et qu’elles façonnent en retour. La première partie de cette analyse s’applique à déconstruire le sens commun de la famille dans l’expertise et les politiques publiques – en premier lieu la notion de ménage moyen. Le décalage entre ces idées reçues et les réalités familiales a des effets concrets sur les préconisations des épidémiologistes, l’interprétation de leurs résultats et leurs appropriations par les pouvoirs publics. Après avoir ainsi examiné ce que la famille fait à la crise, la deuxième partie éclaire ce que la crise sanitaire fait aux familles. Elle donne à voir les facettes des relations familiales que la crise sanitaire met en jeu, et dont il conviendrait de poursuivre l’exploration scientifique.

CITATION BIBLIOGRAPHIQUE
EXPORT