Type
Article
Titre
Violences de masse en République Populaire de Chine depuis 1949
Dans
Online Encyclopedia of Mass Violence
Auteur(s)
AMAR Nathanel - Centre de recherches internationales (Auteur)
Éditeur
FR : Centre de recherches internationales
ISSN
19619898
Résumé
FR
Depuis 1949, date de l’instauration de la République Populaire, la Chine a connu de nombreuses périodes de violences, entrecoupées de phases d’accalmie. Les mouvements (yundong) de masse impulsés par le pouvoir maoïste jusqu’en 1976, à la mort du Grand Timonier, ont tous abouti à la répression d’une partie de la population, les deux grandes périodes de violence étant incarnées par le Grand bond en avant (1958-1960) et la Grande Révolution culturelle prolétarienne (1966-1976). Les violences du gouvernement chinois contre sa propre population ne se sont pourtant pas arrêtées à la mort de Mao, mais ont perduré sous d’autres formes dès que le pouvoir s’est senti menacé. Ce fut le cas lors des mouvements étudiants pour la démocratie, où encore à l’encontre des velléités séparatistes des populations tibétaines ou ouïghoures. Pour Simon Leys, « bien avant de s’emparer du pouvoir, les communistes considéraient déjà le meurtre comme une élémentaire technique politique – et je parle du meurtre dans ses modalités les plus diverses : à chaud, à froid, en masse, en détail, en secret, en public, avec mise en scène ou à la sauvette, visant des contestataires pour déraciner l’opposition, ou visant des innocents pour terrifier la population entière » (Leys, 1998 : 4). Force est de constater que la mort de Mao n’a pas modifié en profondeur les techniques de gouvernement, qui mettent la priorité sur la répression et l’élimination des ennemis au sein du peuple. Le nombre des victimes durant les périodes de violence ne peut qu’être estimé, les Archives centrales du Parti à Pékin n’étant pas ouvertes.

CITATION BIBLIOGRAPHIQUE
EXPORT