Texte intégral
  • Non (51)
  • Oui (2)
Type de Document
  • Numéro de périodique (29)
  • Article (21)
  • Entretien (2)
  • Working paper (1)
Centre de Recherche
  • Centre de recherches internationales (51)
  • Centre d'histoire de Sciences Po (1)
Discipline
  • Science politique (53)
  • Sociologie (12)
  • Histoire (9)
  • Economie et finances (3)
  • Voir plus
Langue
  • Français (50)
  • Anglais (9)
in Les Dossiers du CERI Sous la direction de Centre de recherches internationales Publié en 2018-09
KOLAR Pavel
5
vues

0
téléchargements
My aim is to contribute in a modest way to the debate on the significance of the Prague Spring for both Czech and European memory. Particularly, I am interested in the importance of the defeat of the Prague Spring, and of 1968 in general, for the gradual disintegration of the European Left – first in its communist and later in its socialist form. Did the defeat, by allegedly expelling any genuinely democratic socialism in the realm of utopia, contribute to the neoliberal paradigm of the end of ideology? I want to propose the argument that more important than the defeat of 1968 itself was the incapacity of the European Left to come to terms with the defeat. Petr Pithart touched upon this question by reminding us that the way a society or a movement deals with its defeats is of vital significance for the democratic self-understanding in the future...

in Les Dossiers du CERI Sous la direction de Centre de recherches internationales Publié en 2017-04
CHARILLON Frédéric
3
vues

0
téléchargements
Les années 2015-2017 ont été pour la France des « années terribles » sur le plan de la sécurité. Sécurité intérieure d’abord, puisque le pays a été touché par de nombreux attentats en 2015 et 2016, de l’attaque contre Charlie Hebdo et de l’hypermarché cacher (7 et 9 janvier 2015) à l’assassinat du Père Jacques Hamel dans l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray (26 juillet 2016), en passant par l’attentat contre le Bataclan et le Stade de France (13 novembre 2015) et celui de Nice (14 juillet 2016)...

in Les Dossiers du CERI Sous la direction de Centre de recherches internationales Publié en 2018-02
MELLET Xavier
20
vues

0
téléchargements
La vague populiste globale n’a pas épargné l’archipel japonais. Le concept a atteint ses côtes depuis près de deux décennies et il est employé très fréquemment, aussi bien dans le champ académique que journalistique. Comme en France, il ne se passe pas un jour sans qu’un politicien soit qualifié de populiste et que le terme soit utilisé pour décrire des comportements démagogiques...

135
vues

0
téléchargements
Entretien avec Alain Dieckhoff et Stéphane Lacroix.

in Les Dossiers du CERI Publié en 2018-09
12
vues

0
téléchargements
Fifty years after the Prague Spring of 1968 one can notice an interesting contrast between the acommemoration of the hopes of the Spring in the West and the priority given to the commemoration of the August 1968 invasion which crushed the project known as ‘socialism with human face’. This may be revealing not just of different experiences with 1968 in both parts of then divided Europe as much as of the post-1989 politics of memory in the Czech lands...

[...] Le cinquantenaire de 1968 que nous allons évoquer est placé côté tchèque et slovaque dans une perspective historique plus longue qui renvoie au centenaire de la création de la Tchécoslovaquie en 1918. La commémoration devient ici prétexte à une réflexion sur le passé présent, et la tentation est grande de situer 1968 dans la lignée des « 8» de l’histoire tchécoslovaque qui sont autant de révélateurs et de tournants de l’histoire européenne : 1918, création de l’Etat dans le cadre d’un nouvel ordre européen façonné avec une contribution majeure de la France ; 1938, Munich et la dissolution de cet ordre avec l’abandon de la Tchécoslovaquie à l’Allemagne hitlérienne par les puissances sensées garantir sa sécurité ; 1948 le « coup de Prague » scelle le début de la guerre froide et la division de l’Europe ; 1968, la tentative d’en sortir en proposant , avec le « socialisme à visage humain » une « troisième voie » entre les deux systèmes en place. Enfin, la « révolution de velours » était prévue pour 1988, mais les tergiversations de Gorbatchev ont un peu retardé le calendrier de la providence. Tous les « 8» de l’histoire tchécoslovaque représentent des enjeux européens : entre Est et Ouest, entre capitalisme et socialisme, entre démocratie et tyrannie. [...]

57
vues

0
téléchargements
Le spectre du populisme hante l’Europe, toute l’Europe, même si dans les perceptions et la couverture médiatique prévaut une lecture du phénomène selon un clivage Est/Ouest. Celui-ci est, bien réel dans la crispation identitaire et la réponse des pays du groupe de Visegrad (Pologne, Hongrie, République tchèque, Slovaquie) à la crise migratoire mais il serait erroné d’adopter une lecture de la poussée nationaliste et populiste comme une aberration propre à l’espace post-communiste. Le phénomène est transeuropéen ; à certains égards, on peut même parler d’une vague nationale-populiste planétaire qui, de l’élection de Donald Trump à la Maison Blanche à celle de Narendra Modi en Inde, ébranle les démocraties. Dans ce contexte, on peut s’interroger sur l’existence d’une analogie des thèmes et des discours à l’Est et à l’Ouest du continent comme sur les spécificités du populisme en Europe centrale et orientale.

in Les Dossiers du CERI Sous la direction de MARTINEZ Luis Publié en 2010-02
16
vues

16
téléchargements
L’article de Yahia H. Zoubir sur le Sahara occidental, un conflit oublié, analyse les facteurs de sa durée et pointe les effets destructeurs sur la région ; Isabelle Warenfels et Jean Noël Ferrié étudient respectivement en Algérie et au Maroc, les transformations dans la pratique du pouvoir sous A. Bouteflika et Mohammed VI ; Eric Gobe et Larbi Chouikha soulèvent la problématique de la succession de Ben Ali à travers l’analyse des élections en Tunisie. Enfin, Luis Martinez pose la question de la succession de Qadhafi à travers l’analyse du devenir de la Révolution. Sommaire : - Le conflit du Sahara Occidental : enjeux régionaux et internationaux, par Yahia H. Zoubir - Who is in charge? Algerian power structures and their resilience to change, par Isabelle Werenfels - La monarchie marocaine sous Mohammed VI. Changement et continuité, par Jean-Noël Ferrié - Tunisie : des élections pour quoi faire ? Signification et portée des scrutins présidentiel et législatif de 2009, par Eric Gobe et Larbi Chouikha - Libye : que faire de la Révolution ?, par Luiz Martinez

in Les Dossiers du CERI Publié en 2002-02
1
vues

0
téléchargements

in Les Dossiers du CERI Publié en 2017-04
52
vues

0
téléchargements
La relation franco-russe a été transformée par la fin de la guerre froide. « L’entente nouvelle » repose sur « la confiance, la solidarité » et « l’attachement aux valeurs de liberté et de démocratie », indiquait le traité de février 1992. Basé sur des valeurs supposées communes et sur une convergence des intérêts économiques, le paradigme qui la fondait était l’ancrage de la Russie au monde occidental. L’annexion de la Crimée et l’intervention russe dans le Donbass l’ont fait voler en éclats. La dégradation de la relation franco-russe et plus généralement russo-occidentale ne date pas de ces événements. Mais à aucun moment depuis 1991, elle n’avait été aussi significative. En dépit de tensions récurrentes, parfois très vives, beaucoup pensaient qu’une logique d’association finirait par prendre le dessus. Depuis 2014, celle-ci ne constitue plus l’hypothèse de référence, ce que confirment entre autres les divergences sur le conflit syrien et la méfiance suscitée par la stratégie d’influence de la Russie. Aux yeux de François Hollande, la politique russe contribue au « monde instable, dangereux, incertain » et aux « profonds bouleversements » qui marquent le contexte international1. Face à cette situation, il choisit de répondre par une politique de « dialogue et de fermeté », menée en coopération avec l’Union européenne, en particulier avec l’Allemagne, qui accorde une place essentielle aux valeurs et aux normes. Cette politique ne fait pas l’unanimité et à la veille de l’élection présidentielle, la question russe est l’objet d’intenses débats.

in Les Dossiers du CERI Sous la direction de DE TINGUY Anne, MOISSERON Jean-Yves Publié en 2016-01
51
vues

0
téléchargements
Les contestations populaires se sont multipliées depuis 1989, à la fois dans l’est de l’Europe et dans le monde arabe. En 1989, les révolutions est-européennes ont balayé en quelques mois le camp socialiste européen. A partir de 2003, plusieurs révolutions « de couleur » ont éclaté dans l’espace postsoviétique : celles « des roses » en Géorgie en 2003 et « orange » en Ukraine en 2004 ont débouché sur des alternances politiques ; suivies d’autres au Kirghizstan en 2005 et en 2010 et en Moldavie en 2009, elles ont révélé l’émergence dans cette région de sociétés civiles. En 2011-2012, en Tunisie, en Egypte et en Libye, des « printemps » ont renversé des régimes autoritaires au pouvoir depuis des décennies. En 2013-2014, les Ukrainiens se sont à nouveau révoltés pour protester contre l’arbitraire et la corruption. La récurrence, remarquable, de ces événements suggère un effet-domino qui intrigue l’observateur. L’objet de la réflexion entamée lors du colloque international organisé le 25 septembre 2015, dans le cadre du programme « Sociétés plurielles » de l’Université Sorbonne Paris Cité, dont ce dossier est issu, est de questionner les mobilisations et les transformations dans ces deux grandes régions voisines de l’Europe en tentant une comparaison des faits, des analyses et des approches...

in Les Dossiers du CERI Sous la direction de LACORNE Denis Publié en 2009-05
3
vues

0
téléchargements
Il est encore trop tôt pour juger du succès de l’administration Obama. Cent jours se sont écoulés sans heurt ni surprise, ce qui est déjà un résultat positif. L’hyperactivité d’un président, présent sur tous les fronts intérieurs comme extérieurs, est d’autant mieux acceptée acceptée par les Américains qu’elle est corrigée par l’apparente modération de ses propos et un calme, un sang-froid dans les négociations internationales qui illustrent la force de son caractère. Sommaire : - Quelle réforme de l’assurance-maladie aux Etats-Unis ? par François Vergniolle de Chantal - La question religieuse sous la présidence Obama par Amandine Barb - Organizing for America augure-t-il d’un renouveau de la politique américaine ? par Audrey Célestine - L’Amérique de Barack Obama à l’aune de la multipolarité, par Alexandra de Hoop Scheffer

3
vues

0
téléchargements
La politique étrangère ne compte guère dans une élection présidentielle française. Combien de fois aura-t-on entendu cette affirmation qui est pourtant totalement fausse ? Fausse tout d’abord pour des raisons institutionnelles. La Constitution de la Ve République, et plus encore la pratique constitutionnelle, continuent en effet de conférer au Président de la République la responsabilité des grands choix de politique étrangère et de politique de défense. Aucune autre politique publique n’est autant suivie par l’Elysée, réduisant parfois le ministère des Affaires étrangères et celui de la Défense à des rôles de supplétifs. Le développement depuis trente ans de la diplomatie au sommet, que Bertrand Badie appelle justement « la diplomatie de clubs » a eu tendance à renforcer l’idiosyncrasie française. A l’exception des périodes de cohabitation où la tâche est partagée avec le Premier ministre, c’est au Président et à son « sherpa » que revient la représentation des positions de la France au G20 et au G8. C’est à lui qu’appartient également la négociation des dossiers les plus sensibles au sein du Conseil européen réunissant les 28 (et demain les 27) chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union européenne.

in Les Dossiers du CERI Sous la direction de LEQUESNE Christian Publié en 2011-03
30
vues

0
téléchargements
La sociologie et les sciences politiques échappent de moins en moins à la question des nouvelles technologies. Plus particulièrement, les cyber-technologies sont désormais au coeur de la recherche en sciences sociales, notamment du fait de leur lien solide avec la mobilisation ainsi que la sécurité. S’il serait totalement trompeur de déclarer que les révolutions en Tunisie et en Egypte ont eu pour origine la nouvelle solidarité sur internet, il est clair que les réseaux sociaux ont aidé les opposants à combattre les régimes dictatoriaux. Les cyber-technologies amènent aussi à revisiter les notions de menace et de guerre. Elles constituent de nouveaux challenges en matière de sécurité, tant au niveau des Etats que des acteurs privés dans le monde. Ces Etats et ces entreprises doivent penser aux cyber-technologies non seulement de manière proactive mais aussi de manière réactive afin d’échapper aux attaques de cyber-acteurs qui demeurent étendues par nature. Toutes ces nouvelles dimensions constituent le sujet de ce nouveau Dossier du CERI, avec une volonté évidente de rendre explicite ce que cela implique à la fois pour les politiques nationales et pour les relations internationales. Sommaire : - La sphère des nouveaux réseaux sociaux sur le net : un challenge pour le régime russe par Florian Toepfl - Les « origines culturelles numériques » des révolutions arabes, par Yves Gonzales-Quijano - Cyber-sécurité, menaces et réponses aux niveaux global, national, industriel et individuel par Heli Tiirmaa-Klaar

27
vues

0
téléchargements
On dit souvent que les grandes élections nationales n’abordent que marginalement le thème européen pendant les campagnes. La remarque est convenue car elle suppose que l’Europe serait un sujet en soi séparé des politiques publiques internes. Rien n’est bien entendu plus faux. Comment en effet penser aujourd’hui des questions essentielles comme la politique macroéconomique, la défense, la protection de l’environnement ou la mobilité du travail sans prendre en compte la dimension européenne ? Par ailleurs, la vague d’euroscepticisme généralisée dans tous les Etats membres de l’union européenne qui fait du rejet de l’Europe une dimension très explicite chez les candidats des extrêmes de l’échiquier politique, contribue également à imposer le thème européen dans la campagne. Il est impossible au moment où ces lignes sont rédigées d’affirmer quels candidats figureront au deuxième tour de l’élection présidentielle française tant celle-ci est plus que jamais ouverte.

in Les Dossiers du CERI Sous la direction de MARCHAL Roland Publié en 2013-07
47
vues

0
téléchargements
L’intervention militaire française au Mali depuis le 11 janvier 2013 manifestait la crainte légitime de voir des mouvements se réclamant de l’Islam radical au Nord Mali et adoubés par AQMI prendre le contrôle de la principale base militaire malienne à Sévaré et, plus hypothétiquement, atteindre la capitale avec le risque d’un effondrement de ce qui restait de l’Etat malien.

in Les Dossiers du CERI Sous la direction de ROCCA Jean-Louis Publié en 2010-04
7
vues

7
téléchargements
Où est la "politique" en Chine urbaine ? C'est une question qui hante les observateurs de la Chine. D'un côté on voit fleurir les troubles sociaux, les mouvements de protestation et grandir le mécontentement parmi la population. La corruption, les malversations, l'absence de liberté d'expression sont vertement critiqués par l'intellectuel comme par l'homme de la rue. De l'autre côté, loin d'être contesté le régime est très largement soutenu par la population. Pour comprendre ce paradoxe, il faut se plonger dans la réalité de la contestation sociale et voir comment elle ne recoupe pas les limites d'une opposition entre le "pouvoir" et la "société". Sommaire : - De l’intérêt de la « micro-politique ». Pour en finir avec la sempiternelle coupure pouvoir/société, par Jean-louis Rocca - Comment « les iniquités face au logement » se transforment-elles ou non en « problème social », par Chen Yingfang - La mobilisation des propriétaires à Pékin. La construction plutôt que la révolution, par Aurore Merle - Enjeux politiques et sociétaux de l’édification d’une armature juridique de la propriété privée en Chine. Le cas des expropriations et démolitions de logement dans les villes, par Judith Audin - La satire ou la ringardisation de la censure sur le web chinois, par Séverine Arsène - Les universitaires chinois et la politique du quotidien, par Emilie Frenkiel

in Les Dossiers du CERI Sous la direction de Centre de recherches internationales Publié en 2018-09
LONDAK Miroslav
2
vues

0
téléchargements
Political relaxing manifested itself most visibly in the cultural sphere. On one hand, culture presented a kind of seismograph of the era; on the other hand, it actively contributed to a society-wide shift itself. Literature and fine art stepped beyond the boundaries of communist cultural policy in the second half of the 1950s, when independent groups of artists – Skupina 29. augusta (Group of the 29th of August; translator’s note), Galandovci, Skupina 4 – were formed after 1957, and unbound themselves from the shackles of the political order of socialist realism and returned to the heritage of inter-war Slovak modern art and avant-garde...

in Les Dossiers du CERI Sous la direction de Centre de recherches internationales Publié en 2018-09
PITHART Petr
0
vues

0
téléchargements
Les vingt années de la normalisation ont jeté et jettent encore leur ombre portée sur 1968, sur le Printemps de Prague mais aussi sur les quelque trente années écoulées depuis la révolution de novembre 1989. Pourtant, les communistes réformateurs, ou plus précisément leurs chefs de file, ceux qui incarnèrent le Printemps de Prague, sont responsables de de cette situation. Du fait du choix honteux qu’ils ont fait face à l’adversité, celui du reniement...

in Les Dossiers du CERI Sous la direction de WIHTOL DE WENDEN Catherine Publié en 2013-10
9
vues

0
téléchargements
Ce dossier met en relation deux champs de recherche étroitement liés car les frontières servent à maîtriser les migrations et les migrations se mesurent parce qu’il y a des frontières, intérieures et extérieures. Aujourd’hui, sommes-nous entrés dans une « Obsession des frontières », comme l’a écrit Michel Foucher, ou au contraire, comme nous y invite Régis Debray (Eloge des frontières) faut-il voir dans les frontières le creuset de la définition des appartenances communes ?

Entretien vidéo avec Catherine Wihtol de Wenden.

in Les Dossiers du CERI Sous la direction de SGARD Jérôme Publié en 2012-12
11
vues

11
téléchargements
Les deux crises financières qui se sont succédé depuis 2007 – l’une issue de New York et Londres, l’autre de la zone euro – ont eu ensemble des conséquences lourdes sur le fonctionnement des marchés de capitaux internationaux. Soit à l’initiative des acteurs privés, soit, le plus souvent, du fait de régulations nouvelles, on a observé des évolutions de fond : des acteurs majeurs, des stratégies financières jusque-là communes, enfin des segments de marché entiers ont disparu sans retour. Aussi ne faut-il pas être abusé par l’impression diffuse que le débat sur la « gouvernance globale » des marchés serait mort-né.

4
vues

0
téléchargements
Personne ne conteste aujourd’hui l’épuisement à moyen terme des ressources énergétiques fossiles. Or les gains obtenus en matière d’énergies renouvelables ne suffisent pas à compenser cette réduction inéluctable des approvisionnements fossiles. Par ailleurs, la demande énergétique s’accroît de manière exponentielle sous l’effet des dynamiques croissantes d’urbanisation, de motorisation et d’industrialisation, rendant partout les Etats consommateurs largement dépendants des pays producteurs. La sécurisation des approvisionnements est devenue l’un des tous premiers enjeux des politiques, autant nationales que supranationales. L’objectif de ce dossier est d’examiner un aspect de cet enjeu majeur : les politiques intérieures et extérieures mises au point par l’Union européenne (UE) et par certains pays asiatiques...

31
vues

0
téléchargements
Le mandat du président de la République qui sera élu le 7 mai prochain sera décisif : dans les cinq prochaines années, des décisions engageront la communauté nationale pour trente ans au moins, en matière d’énergie électronucléaire comme de systèmes d’armes nucléaires. Dans ce contexte, cet article présente les choix proposés et met au jour les paris sur l’avenir qui les sous-tendent. C’est d’autant plus important que si les politiques énergétiques sont évoquées lors de la campagne, les choix eu égard à l’arsenal n’ont guère été discutés. L’ampleur et la durée des engagements requis exigent d’introduire ces dimensions pour éclairer les citoyens sur les candidats qui se présentent à eux. Pour ce faire, nous allons d’abord présenter l’idiosyncrasie nucléaire française et les controverses contemporaines. Ensuite nous exposerons le spectre des offres politiques dans le cadre de la campagne présidentielle française. Enfin, nous prendrons un recul critique par rapport à ces offres et proposerons une analyse plus approfondie des hypothèses et des paris implicites qui les fondent...

in Les Dossiers du CERI Sous la direction de SABBAGH Daniel Publié en 2017-01
73
vues

0
téléchargements
L’actualité de la « question raciale » aux États-Unis est on ne peut plus manifeste, comme en témoignent l’émergence du mouvement Black Lives Matter en réaction à des faits de violence policière trop nombreux et trop graves pour être réduits au rang d’anomalies, ou encore la victoire surprise d’un candidat ayant tenu des propos pour le moins stigmatisants à l’encontre de la minorité hispanique à l’issue de l’élection présidentielle de novembre 2016. À juste titre, ces événements récents ont suscité d’abondants commentaires. Ils ne constituent toutefois que les signes les plus frappants de la pérennité d’un problème aux multiples facettes, sur lequel les textes ici rassemblés viennent apporter des éclairages complémentaires.

in Les Dossiers du CERI Sous la direction de LOUER Laurence Publié en 2011-09
23
vues

23
téléchargements
La concaténation de soulèvements qui frappe le monde arabe depuis décembre 2010 n'a pas épargné les Etats du Conseil de Coopération du Golfe (CCG) : l'Arabie Saoudite, le Koweït, le Bahreïn, le Qatar, les Emirats Arabes Unis et l'Oman. Sommaire : - Bahreïn, la fin des compromis, par Laurence Louër - L'Arabie Saoudite au défi du printemps arabe, par Stéphane Lacroix - The Qaboos-State Under the Test of the « Omani Spring », par Marc Valeri - Le Conseil de Coopération du Golfe : une coopération de sécurité et de défense renforcée ?, par Fatiha Dazi-Heni - The Costs of Counter-Revolution in the GCC, par Steffen Hertog

in Les Dossiers du CERI Sous la direction de BANEGAS Richard Publié en 2012-10
31
vues

31
téléchargements
Durant les années 1990, le centre de gravité de la violence politique au Sud du Sahara paraissait tourner autour de l’axe équatorial. Quinze à vingt ans plus tard, la géographie de la conflictualité a changé : désormais, c’est l’Afrique de l’Ouest qui apparaît comme la zone de crise majeure, en particulier l’Afrique francophone. S’agit-il d’un basculement important ou d’un simple effet d’optique ? Comment expliquer cette généralisation de la violence politique en Afrique de l’Ouest francophone ? Faut-il y voir une conséquence de la “faillite” des Etats ; un effet de débordement (spill over effect) des bouleversements sous-régionaux, notamment des “printemps arabes” et de la crise libyenne ? Les études de cas présentées dans ce dossier indiquent que ces crises ouest-africaines sont d’abord et avant tout des crises de la citoyenneté.

in Les Dossiers du CERI Sous la direction de RUPNIK Jacques Publié en 2011-04
15
vues

0
téléchargements
Il y a deux façons de présenter l’état des relations entre l’UE et les pays des Balkans engagés dans le processus d’intégration européenne. La première consiste à se contenter des discours rassurants de la Commission européenne sur la perspective d’élargissement et des déclarations non moins confiantes des chefs de gouvernement de la région. Dans cette optique on mesure les progrès accomplis sur le chemin de l’Union européenne en prenant pour référence les rapports annuels établis par les services de la Commission qui, conformément à l’esprit de la ‘régate’ (chacun évalué selon ses mérites), donnent une mesure des progrès accomplis et la liste des faiblesses et des améliorations à apporter dans la course à l’entrée dans l’UE. Sommaire : - Les Balkans et l’Europe : progrès et malentendus, par Jacques Rupnik - Croatie 2010 : adhésion en vue, crise sociale et malaises politiques, par Joseph Krulic - Où va la Serbie? par Nebojsa Vukadinovic - Bosnie-Herzégovine : rentrer dans l’Europe pour sortir de la guerre? par Xavier Bougarel - La Macédoine et l’Union européenne : une relation au futur antérieur? par Nadège Ragaru - The independent Kosovo and the new constellation in the Balkans, par Veton Surroi

in Les Dossiers du CERI Sous la direction de DIECKHOFF Alain Publié en 2018-02
85
vues

0
téléchargements
Le populisme, comme le nationalisme, peut se décliner à droite comme à gauche. Deux traits fondamentaux permettent toutefois de le caractériser : la dimension antiélite et l’antipluralisme, c’est-à-dire le refus du fonctionnement démocratique au nom du monopole de la représentation de ce que serait le « vrai peuple », ce dernier étant défini sur une base ethnoculturelle par le populisme de droite et sur une base sociale par le populisme de gauche. L’évolution notable de ces quinze dernières années est l'installation de véritables régimes populistes dans certains pays (Hongrie, Pologne, Russie, Turquie, Philippines, Venezuela) avec la volonté d'instituer un Etat fort. Dans d’autres pays, nous n’avons pas de régime populiste mais des visées populistes de la part des dirigeants (Donald Trump, Narendra Modi) ou alors des alliances gouvernementales avec les populistes (en Autriche ou au Danemark). Il existe aujourd'hui une alliance implicite des populistes à travers le monde qui se dressent contre l’ordre libéral et cosmopolite, partagent certaines idées (réaffirmation sans complexe de la souveraineté, défense d'une identité nationale forte...) et mènent une politique étrangère « disruptive ».

in Les Dossiers du CERI Publié en 2018-02
38
vues

0
téléchargements
Derrière le mot de populisme, il y a le mot « peuple ». Ce peuple, il faut le définir. D’un côté, le peuple fait corps avec la démocratie. Ainsi, on peut lire dans l’article 3 de la Constitution française : « La souveraineté nationale appartient au peuple qui l'exerce par ses représentants et par la voie du référendum. Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s'en attribuer l'exercice ». Peuple et démocratie sont deux choses totalement liées. En démocratie, le peuple est le corps des citoyens à travers lequel s’exerce la volonté démocratique. C’est la conception politique classique du peuple. Cependant, depuis une bonne vingtaine d’années maintenant, certains dirigeants, en Europe et au-delà, utilisent le terme peuple dans un autre sens...

Suivant